Vous aimez la culture japonaise ?

Profitez exclusivement cet été de -15% sur TOUTE notre boutique avec le code SUMMER15

L'art japonais au pays du soleil levant

Sommaire

    Destination de rêve à bien des égards, le Japon fascine tant pour ses magnifiques paysages que pour sa culture unique et ses traditions ancestrales. Mais ce qui est le plus intéressant au pays du soleil levant demeure l’art japonais dans sa magnificence. Entre l’art contemporain et les monuments historiques, le Japon place réellement la barre très haute pour le reste du monde.

    Qu’est ce que l’art japonais ?

    Une exposition universelle ne suffirait pas à présenter l’art japonais. D’ailleurs, il ne s’agit pas uniquement d’un art, tant le raffinement des japonais est connu comme étant une seconde nature. Ainsi, nous allons parler de toutes sortes d’arts décoratifs de la culture japonaise : Des objets d’art aux estampes anciennes et ancre de Chine, en passant par les mangas, la calligraphie, la sculpture, la peinture et même la cérémonie du thé. Sans oublier bien évidemment les célébrissimes arts martiaux qui font la renommée de tous les asiatiques.

    art japonais

    D’où viennent les arts japonais ?

    L’artisanat d’art est une histoire qui remonte à des siècles. Il s’agit d’un ensemble d’héritages culturels, se transmettant depuis des générations. Les arts japonais proviennent d’un mélange d’inspiration shintoïsme et du bouddhisme zen ainsi que de l’influence des occidentaux.

    Il faut savoir que les japonais disposent d’une culture locale d’un grand raffinement, où l’élégance et le respect des traditions sont de mise. De plus, les arts japonais représentent une source de sagesse infinie, raison pour laquelle ils ont autant de sens pour ceux qui choisissent de les pratiquer. Derrière chaque art japonais se cache une philosophie unique qui aura traversé les millénaires jusqu'à nos jours.

    Un peu d’histoire sur l’art Japonais

    Tout au long de l’histoire du Japon, ce dernier a subit des assauts occidentaux, tant au niveau de la culture que des idées et de la civilisation. Les habitants du pays du soleil levant ont acquis l’incroyable capacité d’assimilation des cultures étrangères, mais également de réadaptation. Ainsi, se munissant de la grande vague d’art occidental, les japonais ont su compléter les arts appliqués pour mixer élégamment la France et le Japon, en misant sur leurs propres préférences esthétiques. Les artistes occidentaux ne furent pas les seuls à influencer l’art japonais. En effet, le pays du soleil levant fut grandement touché par des influences asiatiques telles que le bouddhisme venant de Chine.

    La peinture japonaise de la période Edo

    La peinture représentait autrefois le moyen d’expression artistique le plus prisé des japonais. Cet art était pratiqué tant par les professionnels que par les amateurs, guidés de leur simple passion. Autrefois, jusqu'à l'époque moderne, les nippons se servaient d’un pinceau plutôt que d’un stylo pour écrire. Ce fut avec la montée de la culture populaire durant la période Edo qu’un autre type d'estampe japonaise fit son apparition. Prénommé ukiyo-e, cette toute nouvelle sorte d’estampes devint un art majeur. Les techniques en furent d’ailleurs tellement perfectionnées que l’impression couleur des choses de tous les jours devint possible.

    yamato-e

    Un peu moins prisé que la peinture, la sculpture japonaise fut néanmoins un moyen d'expression artistique très apprécié. Objets d’art par excellence, les sculptures japonaises étaient généralement liées à la religion et à la tradition bouddhiste. Les céramiques japonaises, par exemple, représentaient l’un des touts premiers artefacts de cette civilisation. En matière d’architecture, les Japonais d’antan se servaient généralement de matériaux naturels, favorisant les interactions entre les espaces extérieurs et intérieurs.

    Les oppositions esthétiques qui caractérisent l’art japonais

    Lorsque vous observez les objets d’époque, vous pouvez constater que l’art-déco et le design japonais est surtout caractérisé par les oppositions esthétiques. C’est certainement ce qui fait la grande différence de l’art japonais à travers des échanges occidentaux. Prenons un exemple, concernant les céramiques des périodes préhistoriques. Vous pourrez y constater un mélange d’exubérance, adossé à un style très raffiné et parfaitement discipliné.

    Si vous voulez un autre cas de figure concret, fourni par deux structures diamétralement opposées du 16ème siècle, découvrez le palais de Katsura. Ce dernier se veut aussi simpliste que possible, mettant l’accent sur des matériaux bruts et naturels, montrant ainsi un attrait pour la beauté non recherchée. À Nikkō en revanche, vous avez le mausolée du Tōshō-gū, qui présente une structure symétrique rigide recouvrant toutes les surfaces visibles de gravures en relief brillamment colorées.

    Deux mondes différents ?

    Si vous regardez bien ces deux monuments, vous pourrez remarquer les incroyables effets de symétrie ainsi que l’art du détail parfaitement maitrisé du mausolée du Tōshō-gu. Le tout est associé à l’expression de la croyance dans le bouddhisme d'origine asiatique, ce qui donne un résultat très prenant. A côté le palais de Katsura donne une sorte de sentiment d'inachevé et semble provenir d’un tout autre monde. Les matières présentes sont naturelles, raffinées mais minimalistes. Vous y retrouverez la peinture yamato-e ainsi que de nombreux objets d’art associés à la cérémonie du thé et les matières ou mode d’élaboration des kimonos d’antan. Ainsi, si vous deviez venir visiter le Japon, ne soyez pas étonné par cette diamétrale opposition entre la simplicité valorisée et l’élégance colorée qui fut grandement influencée par la peinture et l’architecture occidentale.

    Les estampes japonaises

    estampe japonaise

    Le véritable fond de la culture japonaise favorise les choses simples de la vie, tel que le lien sacré unissant l’être humain et la nature. Ce fut à travers le mouvement artistique de l’ukiyo-e, durant l’Ère Edo, que naquit l’estampe japonaise. Ces magnifiques peintures japonaises sont issues de techniques de gravure sur bois. Généralement, ces dessins représentent le plus souvent des scènes du quotidien ou de l’imaginaire, voire un mélange des deux. Ainsi, l’on peut y retrouver une représentation des artistes du théâtre kabuki, de jolies courtisanes, des séquences érotiques nommées « shunga », des éléments naturels tels que des arbres ou encore des créatures fantastiques.

    Les sujets généralement abordés par les estampes dépendaient des centres d’intérêts de la bourgeoisie urbaine qui étaient en pleine éclosion pendant le shogunat Tokugawa. Devenu très populaire, cet art s’essouffla pourtant durant le 18ème siècle, en même temps que les provocations politiques. Les estampes sont d’ailleurs censurées par le gouvernement militaire d’époque ou bakufu.

    La plus célèbre des estampes japonaise, qui est mondialement reconnue demeure la « Grande Vague de Kanagawa ». Ce chef d'œuvre du peintre Hokusai incarne parfaitement les principes de l'art ukiyo-e. Bon nombre de connaisseurs d’art et de chercheur ont déjà tenté de percer à jour les secrets qui s dissimulent élégamment derrière ce beau tableau.

    A la fin du XIXe siècle, le japonais voient les estampes comme étant un art vulgaire et dépassé, notamment à cause des techniques d’impression de masse et des thèmes censurés. L’influence du japonisme ne manqua toutefois pas de toucher le reste du monde, si bien que les estampes firent leur entré en force dans les pays occidentaux. Les grands peintres impressionnistes tels que Gauguin et Paul Cézanne s’inspirent d’ailleurs des estampes anciennes dans leurs œuvres.

    L’ikebana ou art floral traditionnel

    Erica, une jeune fille de 9 ans réalise une composition florale ikebana dans un vase japonais pour le Carême au sein d'une église catholique

    Ce furent les rituels bouddhistes qui inspirèrent l’ikebana ou art de la composition floral. En effet, durant les cérémonies religieuses, les fleurs faisaient office d’offrandes et plus elles étaient belles et colorées, mieux c’était. Plus tard cependant, l’arrangement floral prit une autre dimension misant davantage sur l’esthétisme et se répandant à travers les habitations pour devenir une véritable coutume.

    L’ikebana est un art très respecté et quotidiennement pratiqué par les Japonais, qui le considèrent comme étant au comble du raffinement. Ainsi, en entrant dans une maison japonaise, vous pourrez constater comme l’air embaume les fleurs joliment découpées et assorties, mises en valeur dans toute la demeure.

    L’ensemble de la présentation de l’ikebana peut être exubérante et colorée, ou encore simple et minimaliste. L’on retrouvera toujours cette opposition des caractéristiques dans tout ce qui est art japonais. Lexiquement, ikebana signifie « la voie des fleurs ». Cet art unique permet de mettre en valeur l’ensemble de la fleur, de la tige, du feuillage et même des vases qui servent à la composition.

    La ligne, l’asymétrie et la simplicité sont généralement les 3 principes qui régissent et codifient l’ikebana. Cette pratique artistique a surtout pour objectif de mettre en avant la beauté des fleurs, l’élégance et la sobriété de tous les éléments naturels, afin que l’assemblage soit parfaitement réussi. Le ciel, la terre et l’humanité sont les éléments principalement représentés par l’ikebana.

    Si cet art japonais de la composition florale vous inspire, vous pouvez commencer dès aujourd’hui en vous munissant d’un vase, d’un pique fleur, d’un sécateur, de végétaux et fleurs rigoureusement sélectionnées pour leurs teintes. Vous devez cependant savoir qu’au-delà d’être un art, l’ikebana est surtout une philosophie. Cet art floral traditionnel japonais est une pratique millénaire qui n’est pas prête de s’éteindre de si tôt.

    👉 Consultez notre article pour tout savoir sur l'Ikebana !

    Le tatouage japonais ou Irezumi

    Irezumi

    Remontant à la préhistoire, l’art du tatouage japonais et de l’Irezumi constitue une pratique des plus fascinantes, bien qu’elle soit décriée dans la société japonaise. Il faut savoir que les toutes 1ères tribus autochtones de l’archipel se tatouaient de façon courante et que cela symbolisait l’appartenance sociale ainsi que la protection.

    Autrefois durant l’ère Edo, l’on distinguait les catégories de personnes – notamment les hommes – en fonction de leurs tatouages. Les prisonniers et criminels étaient marqués au tatouage comme l’on marque le bétail au fer. Les plus braves guerriers quant à eux recevaient un tatouage honorifique comme une sorte de grade avec lequel l’on les décore. Et ce n’est pas tout, puisque de nombreux corps de métier de l’époque arboraient fièrement leurs tatouages.

    Les yakuza et les tatouages

    L’art du tatouage devint par la suite la marque de fabrique des yakuza, ce qui laissa une empreinte négative dans cet art, aux yeux de tous les japonais. Les motifs de l’Irezumi recouvrent une large partie du corps des membres de la mafia. Ce fut suite à cette mauvaise réputation en 1872 que le Japon décida d’interdire la pratique du tatouage. Ce ne fut que durant l’occupation américaine qui suivit la Seconde Guerre Mondiale que le tatouage fut réintroduit au pays du soleil levant. Les américains souhaitaient particulièrement percer les secrets de cette pratique aussi vieille que le monde.

    Malgré l’image déplaisante laissée par les yakuza dans l’archipel, les tatoueurs japonais sont considérés dans le monde entier comme étant des artistes. D’ailleurs, l’encre de Chine utilisée pour cet art est particulièrement prisée par les occidentaux ainsi que par le monde entier. Les dessins à motifs colorés des japonais fait fureur dans la France et le Japon. Entre les dragons, les serpents, le carpe koï ou encore les fleurs de cerisier, le choix est multiple. D’ailleurs, chaque élément prend son sens dans les croyances nippones ainsi que dans la mythologie.

    👉 Consultez notre article pour tout savoir sur l'Irezumi !

    Les célèbres arts martiaux japonais

    arts martiaux japonais

    Léo Tamaki, experts d'Aïkido / Le célèbre Bruce Lee

    Une présentation est-elle réellement nécessaire ? Qui ne connait pas la beauté des arts martiaux japonais ? Débordants de philosophie zen, les arts martiaux sont l’héritage laissé par les samouraïs et grands guerriers d’antan. Le combat à mains nues au corps à corps ou le maniement des armes telles que le sabre sont les spécialités. Il s’agit ici de concentrer à la fois le corps, le cœur et le mental.

    Les sports de combats japonais sont aussi spirituels que physiquement spectaculaires. Ils sont fondés sur la base du Bushido, qui est un code moral dédié aux guerriers ainsi qu’aux samouraïs. Ces derniers prônent le sens de l’honneur ainsi que la loyauté, le respect et l’honnêteté. Si vous souhaitez vous adonner à la pratique d’un art martial japonais, vous disposez d’un large choix, entre karaté, judo, aïkido et autres.

    👉 Consultez notre article pour tout savoir sur les arts martiaux japonais !

    La calligraphie japonaise

    Calligraphie japonaise

    Au départ, la calligraphie japonaise était un art chinois. Toutefois, les pays du soleil levant n’ont pas manqué d’adopter cet art qui est rapidement devenu très important dans leur culture. Il s’agit ici d’écrire des idéogrammes en se servant d’un pinceau et d’une encre de Chine. L’apparition de la calligraphie au Japon date d’il y a plus de 3 000 ans. Bien plus qu’un simple moyen de communication, il s’agit d’un art et d’une philosophie.

    Selon les japonais, outre son aspect esthétique très prenant, la calligraphie serait dotée du pouvoir d’élever pleinement la conscience. Elle constituerait en quelques sortes une méditation dont les moines bouddhistes ne manqueraient pas de se servir. D’ailleurs, au départ, les personnes de haut rang étaient les seuls à avoir accès à la calligraphie, étant donné que cette dernière était réservée à l’aristocratie. De nos jours, cet art japonais est connu et apprécié de part le monde.

    Il faut savoir que chaque idéogramme de la calligraphie possède sa signification propre. Cette dernière peut avoir un sens spirituel tout en étant doté d’une élégance particulière. C’est la raison pour laquelle cet art est aussi riche de sens et surtout aussi apprécié par tout rang social comme à tout âge.

    👉 Consultez notre article pour tout savoir sur la calligraphie japonaise !

    Un rituel traditionnel imparable : la cérémonie du thé

    Le thé est bien plus qu’une tradition pour les habitants du pays du soleil levant : il s’agit d’un art à part entière qui se transmet à travers les générations. Et bien que l’on ne puisse pas l’exposer au musé des beaux-arts, le « chanoyu » ou la cérémonie du thé demeure une tradition ancestrale incontournable. Cet art est issu du bouddhisme zen et conserve tout son sens malgré les siècles qui passent.

    Le principe de la cérémonie du thé est tout simple : Le matcha out thé vert est préparé, puis servi avec raffinement et sérénité. Généralement, la cérémonie se passe avec un petit groupe d’invités et c’est l’hôtesse de la maison qui s’en charge, comme s’il s’agissait d’une célébration. Cette délicieuse boisson traditionnelle s’accompagne d’une gourmandise ainsi que d’une conversation intéressante. D’ailleurs, vous saurez que la conversation est également un art au Japon, qui s’apprend dès le plus jeune âge et qui fait d’ailleurs la popularité des geishas.

    Au départ, le thé originaire de Chine était destiné aux moines bouddhistes. Cette boisson avait pour mission de les maintenir en éveil durant leurs séances de méditation. Ce fut le moine Eishu qui importa cette tradition au Japon au 9ème siècle. Les aristocrates de l’époque en apprécièrent tellement le raffinement et le goût que le thé vert y trouva rapidement sa place. Ce ne fut que plusieurs siècles après que le chanoyu commença à se répandre dans toutes les classes sociales sans distinction.

    Suite aux aristocrates, les samouraïs commencèrent à apprécier le thé et en inventèrent même un rituel, en le codifiant et en l’intronisant dans leurs traditions sacrées. Le maître de cérémonie devait même passer par une phase de préparation spirituelle avant de servir et de consommer le thé. L’accueil des invités, le nettoyage des outils, la préparation de la mixture et le service en lui-même étaient également très codifiés.

    Un véritable praticien du chanoyu se doit d’étudier cet art avant de commencer le service, pas uniquement en connaitre la gestuelle. En effet, outre le fait de verser du thé, il y a des formules de politesse à mémoriser et une tenue adaptée pour pratiquer la cérémonie du thé. Un ressortissant européen ou autre touriste qui souhaite déguster un excellent matcha pourra aisément le faire au Japon dans les maisons d’accueil de geishas. Il vous sera également possible d’apprendre à vous préparer pour une cérémonie du thé et d’en apprendre quelques gestuelles.

    👉 Consultez notre article pour tout savoir sur la cérémonie du thé !

    Le kintsugi ou l'art de sublimer les fissures

    kintsugi

    Vous avez certainement déjà entendu parler de la céramique japonaise qui est un art notoire. Ici, vous allez découvrir le kintsugi, ou l'art de réparer la céramique en la rendant plus belle encore. Les artisans laqueurs japonais réparent aisément les céramiques brisées et en ont fait leur spécialité. Il n’est pas rare d’ailleurs que les touristes préfèrent acheter des objets d’art contemporain japonais issus du kintsugi plutôt que des objets en parfait état. En effet, cette spécialité passionnante requiert patience, amour de cet art et surtout beaucoup de minutie.

    Pour réaliser le kintsugi dans l’artisanat de la réparation de la céramique, le praticien se sert d’une laque ainsi que de la poudre d’or. Dépassant largement son côté pratique et économique, l’art de réparer la céramique se veut être un symbole de renaissance ou guérison. D’ailleurs, cet art rejoint philosophie du Wabi-Sabi japonaise qui permet d’apprécier la beauté en chaque chose imparfaite et toute simple.

    L’objectif du kintsugi est de sublimer tous les objets fissurés en céramique afin de leur offrir une seconde vie ou une seconde chance. Aujourd’hui, il n’est pas rare que des adeptes cassent volontairement de grands vases et services en porcelaine afin de pouvoir s’adonner à leur passion en toute tranquillité. Il s’agit d’une activité aussi manuelle que spirituelle.

    👉 Consultez notre article pour tout savoir sur le kintsugi !

    Le théâtre japonais traditionnel

    théâtre japonais

    Si vous avez un jour la chance de vous rendre au pays du soleil levant, surtout ne ratez pas le théâtre traditionnel japonais ! Ce lieu incontournable, s’inspirant de la mythologie japonaise ainsi que des légendes,  est à voir absolument. Vous serez subjugué par les décors, le maquillage, les costumes très typiques, les fascinants masques des acteurs ainsi que l’ensemble de l’aura qui se dégage des lieux.

    Il faut savoir que les acteurs du théâtre traditionnel japonais incarnent généralement des personnages mythiques, des fantômes et créatures maléfiques ou des démons et créatures fantastiques. Dans tous les cas, l’ensemble ne vous laissera pas indifférent et vous pourrez baigner dans une culture toute autre, vous imprégnant de ce qu’est véritablement l’art japonais.

    Les sortes de théâtre traditionnel japonais

    Les deux formes de théâtre japonais traditionnel sont le et le Kabuki. Le Nô est caractérisé par un style poétique rythmé par un orchestre. Les scènes sont très lentes et vous apprécierez particulièrement la beauté des chants ainsi que des danses. Généralement, les acteurs sont dotés de sublimes masques de bois, dont l’expression peut varier en fonction de l’inclinaison et la lumière. Le théâtre Nô présente un registre lyrique qui fait appel aux émotions profondes ainsi qu’à l’esprit des anciens guerriers samouraïs.

    Le théâtre Kabuki présente une forme d’art contemporaine populaire, qui mise sur l’extravagance. Cette sorte de théâtre évoque des histoires épiques ainsi que des légendes anciennes. La scène séduit les spectateurs par l’action qui s’entremêle de danses religieuses et de drames. La musique de fond en elle-même est forte et dramatique. Mis à part la gestuelle fortement exagérée, vous pourrez apprécier les nombreux effets spéciaux du théâtre Kabuki, qui aura donné naissance à des acteurs devenues de grandes stars au Japon.

    Les poupées traditionnelles japonaises

    poupées japonaises

    Dans l’archipel, nombreux sont les objets d’art qui créent la fascination. Les poupées japonaises traditionnelles en font partie et peuplent les maisons. Il n’est pas rare que ces sculptures en bois peintes et laquées décorent joliment les intérieurs. Les poupées japonaises ou sculptures traditionnelles tiennent leurs origines du nord-est de l’archipel et cela fait plus d’un siècle que cet art existe.

    Généralement, les sculptures japonaises sont facilement reconnaissables grâce à leur tête ronde ainsi qu’à leur corps cylindrique. Ce dernier se pare de motifs géométriques et de fleurs multicolores. Objets d’art décoratif par excellence, les poupées traditionnelles peuvent représenter des amulettes et des sculptures religieuses. Il arrive cependant qu’elles puissent servir de jouets pour enfant ou qu’elles cumulent les rôles au sein des familles.

    Il n’est pas rare de conférer des pouvoirs de guérison ainsi que bien d’autres vertus aux sculptures japonaises. Dans les temples, certaines de ces poupées servent de statuettes érigées à la mémoire des enfants qui sont morts durant la famine. De nombreuses familles commandent des poupées sur mesure qui leur servent de talisman afin de garantir la santé et le bonheur de leur progéniture. Les poupées traditionnelles les plus célèbres au Japon sont Daruma, Hina et Musha.

    Les motifs japonais et leurs significations

    Motifs Japonais

    Dès lors que l’on parle d’art japonais, il est impossible de ne pas évoquer leurs motifs. En effet, ces derniers sont présents sur pratiquement tous leurs vêtements : Sur les kimonos, les yukata et autres robes traditionnelles par exemple. Toutefois vous pourrez également retrouver différents pigments et motifs traditionnels sur de nombreux objets nippons. Ces motifs traditionnels japonais présentent des symboliques absolument uniques et des empreintes ancestrales.

    Les motifs que l’on retrouve généralement et qui sont typiquement japonais sont les vagues, les dragons, les plumes d’oiseau, les écailles de tortues, les plantes grimpantes ainsi que les motifs géométriques et peaux de requin. Chacun de ces motifs a son histoire qui lui est propre et sa signification. Il se peut que certains motifs s’inspirent de superstitions tandis que d’autres sont plus accès sur la mode. Il existe même des motifs dont on se sert en guise de signe de distinction pour des personnes de haut rang.

    Les motifs japonais sont tellement nombreux, variés et riches qu’il serait impossible de tous les citer, toutefois, vous devez savoir que l’Asanoha qui orne généralement les vêtements des bébés a pour but de stimuler leur croissance tout en leur apportant de la force. Le Kikkô quant à lui est un signe de bon présage, assurant la longévité de son porteur.

    👉 Consultez notre article pour tout savoir sur les motifs japonais !

    Les acteurs et gardiens de l’art japonais

    1.      L’héritage de bonheur laissé par les samouraïs

    Samouraï Japonais

    Comme toute chose, l’art japonais a débuté quelque part. Vous avez certainement déjà entendu parler des samouraïs, que ce soit à travers les légendes, les films ou encore les livres que vous aurez pu parcourir. Ces derniers eurent réellement une grande importance dans l’histoire du Japon, mais également dans sa culture et son art. L’on peut donc affirmer que les samouraïs sont de véritable mécène des arts japonais.

    L’époque médiévale au Japon fut grandement marquée par l’image des samouraïs. Ces derniers font office de figures guerrières, représentant l’honnêteté, la droiture et la bravoure. Il est donc important de noter que les samouraïs ont laissé un fort héritage dans la culture, notamment en ce qui concerne les arts martiaux. Ce qui inspire le plus le respect, dès lors que l’on évoque les samouraïs, c’est que leur mode de vie était basé sur les principes du bouddhisme zen. Ainsi, en plus de parfaitement manier les armes et les arts de la guerre, ces légendes suivaient une philosophie de vie absolument unique.

    Les samouraïs d’antan représentaient une caste qui cultivait l’art du raffinement minimaliste. Ils jouissaient des plaisirs simples de la vie et enseignait à leurs proche à apprécier la beauté de chaque instant. Pour les samouraïs, le bonheur était le plus grand des arts japonais. Le théâtre No, par exemple, la cérémonie du thé, la calligraphie ainsi que l’art décoratif font partie des héritages laissés par les samouraïs.

    2.      Les geishas ou gardiennes des arts traditionnels

    Geisha

    Lexiquement parlant, « Geisha » signifie « personne qui pratique les arts » en langue japonaise. Ces magnifiques femmes ont été trop longtemps considérées à tort comme étant des prostituées de luxe. En réalité, les geisha sont des femmes dotées d’une élégance et d’un raffinement absolument unique en leur genre. Le rôle des geishas, dès leur apprentissage depuis leur plus jeune âge, est de maitriser la majorité des arts japonais du mieux qu’elles peuvent.

    Aujourd’hui, les geishas sont très respectées au Japon et représentent les gardiennes des traditions. Le Japon est doté de multiples talents, qui sont le fruit d’un apprentissage de longue haleine. Les geishas vouent leur vie aux valeurs traditionnelles du Japon et ce dévouement total est salué par tous. Les geishas peuvent rivaliser avec les plus grands artistes occidentaux et maitrisent parfaitement le chant, la musique, la danse ainsi que les poèmes et l’art de l’éventail. Vous l’aurez donc compris, ces « gardiennes » jouent un rôle primordial dans la conservation des arts du pays du soleil levant.

    Les arts japonais fascinent les occidentaux

    En 1854, le Japon s’est ouvert au reste du monde, notamment au monde occidental. Lorsque les Européens ont découverts cette toute nouvelle culture fascinante, riche et unique en son genre, ils furent éblouis. L'art japonais traditionnel influencera grandement de nombreux artistes occidentaux. Ce fut à ce moment-là que le japonisme – tout nouveau mouvement artistique – fit son entrée en France. Prenons un exemple concret de japonisme présent dans le monde : La grande ressemblance entre l’estampe du célèbre peintre japonais Hokusai ainsi que le tableau de Claude Monet au Cap d'Antibes.

    Les occidentaux ont toujours considérés les arts traditionnels japonais comme étant particulièrement passionnants. Cela est dû à la grande différence des deux cultures, qui tendent à se mélanger sans jamais réellement se dissoudre l’une à l’autre. Les artistes japonais inspirent les artistes occidentaux par la beauté de leur art ainsi que par leur raffinement, mais également par les valeurs qu’ils choisissent de transmettre à travers leurs œuvres d’art. Ces derniers débordent généralement de douceur et de spiritualité, tout en étant particulièrement captivants.

    L’art japonais ne se contente pas d’être esthétique et agréable au visuel. Il choisi d’être excellent en tout point, tant dans sa simplicité que dans sa philosophie de vie. Et c’est certainement ce qui vous a attiré dans cette culture unique. Sachez que le partage, l’appréciation du bonheur dans les petites choses et le respect d’autrui sont les valeurs japonaises qui découlent de leurs arts et qui font sans nul doute leur plus grande réussite.


    Laissez un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés