Vous aimez la culture japonaise ?

Profitez exclusivement cet été de -15% sur TOUTE notre boutique avec le code SUMMER15

Arts Martiaux Japonais : Un art martial, un art de vivre

Sommaire

    Les arts martiaux japonais sont devenus une partie importante de la vie de nombreuses personnes, tant chez les adultes que chez les enfants. Les parents inscrivent leurs enfants dans des écoles pour améliorer leur concentration et leur discipline. Par ailleurs, de nombreuses personnes ont adopté la pratique des arts martiaux comme une véritable mode de vie. Certes, apprendre un art martial est plus qu’une simple méthode d’autodéfense et de coups de pied. Il y a de nombreux avantages psychologiques, spirituels et physiques à s’impliquer dans la pratique de ces sports.

    Arts Martiaux Japonais

    Il existe de nombreux arts martiaux issus de différente culture auxquels vous pouvez adhérer. Parmi les plus célèbres et les plus pratiqués, les arts martiaux japonais occupent une place importante. En effet, en plus de sa culture, ses traditions et sa gastronomie, le Japon dispose d’un large éventail d’art aussi impressionnant les uns que les autres. Êtes-vous passionné de culture japonaise ? Êtes-vous un fan de produit japonais ? Ou bien, êtes-vous simplement à la recherche de l’art martial qui vous convient ? Vous êtes au bon endroit. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur les arts martiaux japonais. 🐱‍👤

    Art martial japonais : le reflet de la culture

    Avant de commencer à discuter des arts martiaux japonais, il est important de noter certains des aspects uniques de la culture japonaise, car cela se reflète directement dans la formation. Dans l’ensemble, les Japonais sont extrêmement polis et, dans le cadre de leur culture, ils ont tendance à maintenir un haut niveau d’honneur et de respect. Découvrez les traits caractéristiques de la culture japonaise.

    Ambigüité

    Un aspect important de la culture japonaise en ce qui concerne la formation aux arts martiaux est l’ambigüité. Les choses sont rarement expliquées explicitement et il y a toujours un élément d’incertitude dans tout. Cela peut être vu dans la langue elle-même. En effet, une personne qui se vouvoie peut être considérée comme impolie, d’où la complexité de la culture japonaise.

    art martial japonais

    Un art martial, un art de vivre

    En d’autres termes, cela signifie que pour la formation aux arts martiaux japonais, il y a un plus grand degré de responsabilité de l’élève à prêter attention pendant les cours. Les choses seront rarement énoncées pour que l’élève apprenne une technique. Ceci est moins répandu dans les écoles des arts martiaux de l’ouest. Mais en supposant que l’enseignant ait été formé officiellement au Japon, vous pouvez vous attendre à ce que certaines choses ne soient pas nécessairement expliquées directement à l’élève ; c’est plutôt à interpréter par l’étudiant.

    Précision

    L’autre aspect, quelque peu contradictoire, de la culture japonaise est la recherche d’efficacité et de précision. Le Japon étant une île aux ressources limitées, les Japonais sont devenus très efficaces dans leur utilisation des ressources. En raison du manque d’espace, de nombreuses pièces sont construites avec des détails particuliers pour utiliser l’espace limité de la manière la plus efficace possible. Ceci est également évident dans la nourriture, car de nombreux plats utilisent de grandes quantités de riz pour créer un repas satisfaisant.

    Cette précision et cette efficacité se reflètent également dans leurs arts martiaux. Pour autant, ils utilisent peu d’énergie pour faire fonctionner une technique. L’exemple le plus évident est leur maitrise de l’épée, où la précision est la clé entre la vie et la mort. Quand on pense à cela, on imagine tout de suite les samouraïs portant une armure complète sur un champ de bataille. L’importance de l’efficacité du mouvement et de la limitation du gaspillage d’énergie deviennent encore plus importantes.

    Hiérarchie

    Le dernier élément que nous mentionnera de la culture japonaise est la hiérarchie. Une grande partie de la culture tourne autour du statut d’un individu. L’histoire du Japon impliquait un système de castes, ou un système de classes dans lequel les individus sont arrangés dès leurs naissances. En d’autres termes, il s’agit du système féodal. Encore une fois, nous pouvons le voir dans leur langue, car les mots sont conjugués différemment selon le statut de l’orateur et de l’auditeur.

    Comprendre ces éléments de la culture japonaise vous aidera à comprendre les arts martiaux japonais, car ils sont tous deux liés.

    L’histoire des arts martiaux japonais

    La connaissance est la pierre angulaire du pouvoir. Connaitre l’histoire peut vous aider à mieux comprendre les arts martiaux japonais dans toute son intégralité. Découvrez l’origine de ces arts de combats spectaculaire et légendaire.

    Origine des arts martiaux japonais

    samourai chapeau chinois

    Plusieurs des arts martiaux qui sont devenus populaires au Japon médiéval ont été introduits de Chine. Selon la tradition, ils avaient commencé comme un moyen pour les moines bouddhistes de s’assurer leurs capacités physiques. Le but est de prouver leurs formes pour s’assoir en méditation pendant des heures et comme une méthode pour aider leur concentration. Au fil du temps, ces exercices ont commencé à incorporer des compétences avec des armes. Puis, ils se sont répandus au Japon. Le kendo, par exemple, qui mettait l’accent sur l’habileté avec une épée, y fut probablement introduit au 7e siècle de notre ère.

    Néanmoins, les Japonais ont ajouté leurs propres armes, compétences et emphase psychologique aux arts martiaux pour répondre à la fois à leurs propres besoins militaires et à leur approche philosophique. À partir du 10e siècle de notre ère, les guerriers ont exercé leurs compétences en armement. En équitation, afin de se préparer aux défis des guerres trop fréquentes qui ont ravagé le pays, les seigneurs de guerre rivaux se battaient pour la domination.

    De l’époque médiévale à aujourd’hui : une évolution de la pratique

    Ce n’est que pendant la période Edo entre 1603 à 1868 que ces activités de pratiques sont devenues officiellement connues sous le nom d’arts martiaux ; c’est une appellation avec lesquels nous sommes plus familiers aujourd’hui. En temps de paix, ces arts ont été considérés comme des activités conçues pour promouvoir non seulement les compétences martiales, mais aussi la discipline. C’est-à-dire : une approche philosophique et spirituelle de la vie en général. Au Japon, le guerrier et le dieu du tonnerre, Takemikazuchi-no-kami, est considéré comme le patron des arts martiaux et de nombreuses salles d’entrainement. Aujourd’hui encore, un petit sanctuaire lui est entièrement dédié.

    La philosophie de l’histoire de l’art martial japonais

    Historiquement, les arts martiaux japonais ont évolué différemment que dans le reste du monde. La cause se reflète à travers l’isolement partiel des îles japonaises et la manière différente dont leurs armes ont évolué. Les années 646 à 702 apr. J.-C. ont eu une influence sur le développement des arts martiaux japonais. C’est au cours de ces années que le gouvernement impérial a tenté de former une armée organisée sur le modèle du système chinois.

    masamune

    Masamune, le plus grand forgeron du Japon

    Au cours de ces années, la classe guerrier samouraï a été défini. À partir de ce moment, le développement des arts martiaux japonais tourne autour de ces guerriers mythiques. Les premiers guerriers samouraïs ont été entrainés au combat à cheval et au tir à l’arc. Ils ont commencé à utiliser l’épée comme arme principale uniquement à l’époque médiévale. Ce n’est qu’au 14e siècle qu’un forgeron nommé Masamune a développé la structure du légendaire Katana. Le fait que les systèmes de combat japonais aient évolué autour des samouraïs a eu deux impacts majeurs.

    Qui sont les samouraïs ?

    Les samouraïs étaient les guerriers du Japon pré moderne, qui a ensuite évolué pour devenir la classe militaire dirigeante de la période Edo entre les années 1603 à1867. Leurs origines remontent aux campagnes du début de la période Heian de la fin du 8e et du début du 9e siècle pour soumettre le peuple Emishi indigène dans la région de Tohoku. Pendant cette époque, l’empereur Kanmu a intégré le titre de Shogun. Depuis lors, il se fie sur les guerriers de puissants clans régionaux pour conquérir les Emishi.

    shogun japon

    Estampe du Shogun Ieyasu Tokugawa

    Finalement, ces puissants clans dépasseraient l’aristocratie traditionnelle, et les samouraïs continueraient à s’élever sous le règne du Shogun et deviendraient les symboles du guerrier et du citoyen idéal, régnant sur le Japon pendant les 700 prochaines années. Ce n’est que lorsque la paix relative de la période Edo a fait diminuer l’importance des compétences martiales, et de nombreux samouraïs se sont tournés vers des carrières d’enseignants, d’artistes ou de bureaucrates. L’ère féodale du Japon a pris fin en 1868. Par la suite, la classe des samouraïs a été abolie quelques années plus tard.

    Les influences des samouraïs sur les arts martiaux japonais

    En tant que pionnier et fervent pratiquant des arts martiaux japonais, les samouraïs ont impacté de manière générale la pratique de ces systèmes de combat. Par conséquent, cette influence a eu 2 impacts majeurs.

    Première influence : le Bushido

    Si vous êtes fans de culture japonais, vous savez surement de quoi il s’agit. Le Bushido ou « la voie du guerrier » était un code d’honneur et de comportement que respectaient les samouraïs. En particulier, il dictait un état d’esprit pendant la bataille. Des traces grandes et petites de ce comportement et de ce code mental peuvent être trouvées dans tous les arts martiaux japonais.

    code du bushido

    Les 7 vertues du Bushido

    Deuxième influence : Combat armé complet

    Le fait que le samouraï était couvert et protégé par une armure a conduit en quelque sorte un style de combat armé. Cependant, ils ont également influencé le développement du combat à mains vides. Les arts martiaux japonais sont réputés pour leurs serrures communes et leurs prises de soumission. Vous pouvez en voir des traces et de grandes accentuations dans la plupart d’entre eux.

    D’autres influences notables des samouraïs sur les arts martiaux japonais

    Le Ju-jitsu est considéré comme la mère de toute discipline de combat à main vide, il essaie de donner une solution à une situation où un samouraï est laissé sans aucune arme pour affronter un adversaire qui l’est. L’adversaire potentiel, à tout le moins, sera protégé par une armure, ce qui rend la frappe presque complètement inefficace et le verrouillage et la manipulation des articulations la meilleure solution.

    Par ailleurs, la religion et la philosophie du bouddhisme zen, largement répandues au Japon, sont un autre facteur du développement des arts martiaux au Japon. La voie du bouddhisme zen définit et destine les arts martiaux à se perfectionner dans le cadre du « mode de vie ». Cette manière et cette norme de pensée ont été conservées par les praticiens, quelle que soit l’évolution de l’art qu’il soit axé sur le combat ou sur la croissance personnelle.

    moine méditation

    Des moines bouddhistes en pleine méditation zen

    Les 2 catégories générales d’art martiaux japonais

    Bien qu’il existe de nombreuses lignées et écoles d’arts martiaux japonais, tous les arts martiaux japonais peuvent être classés comme « Koryu Bujutsu » et « Gendai Budo ». Ils signifient respectivement les anciens arts martiaux et la voie martiale moderne. 

    Koryu Bujutsu

    Techniquement, un art koryu bujutsu est tout art martial japonais qui peut retracer sa lignée avant la restauration Meiji de 1868. Mais « Koryu » est un terme utilisé pour définir les écoles traditionnelles des arts martiaux qui ont été établies avant les années 1866. Il peut également être utilisé pour identifier ce type d’orientation de l’art martial. Une autre différence est exprimée par la terminaison « jutsu » qui signifie compétence ou capacité.

    Les arts martiaux japonais koryu se concentrent sur l’efficacité au combat, car la lignée a été enseignée pendant les périodes les plus turbulentes au Japon. L’accent était mis sur l’utilisation sur un champ de bataille. Cependant, certaines écoles ont mis à jour une partie du programme pour une utilisation dans les temps modernes. Cela peut cependant créer une controverse.

    En effet, certains diront que la formation diffère du tout de ce qui a été enseigné avant, alors elle ne peut plus techniquement être considérée comme Koryu. Le facteur le plus important est toujours de savoir si l’école a existé pendant cette période et si la formation reflète ou non son utilisation sur le champ de bataille.

    Gendai Budo

    Gendai budo est un terme utilisé pour désigner les écoles modernes. Il s’agit de ceux qui ont été établis après les années 1866. Par ailleurs, le Gendai Budo est est également utilisé pour définir et faire une référence aux arts martiaux axés sur le développement personnel. Une autre différence est exprimée par la terminaison « faire », c’est-à-dire le chemin.

    Gendai Budo décrit les arts martiaux japonais qui ont été fondés après l’édit de restauration Meiji. Il se concentre généralement plus sur l’autoamélioration telle que la spiritualité, la forme physique, etc. Toutefois, cela ne veut pas dire que Gendai Budo n’est pas efficace ou n’inclut aucune technique de combat. Cela implique plutôt que l’art est à la fois moderne dans son développement et prend en compte les aspects de l’entrainement au-delà du simple combat.

    Autre terminologie de l’art martial japonais

    Nous avons tendance à utiliser simplement le seul terme « Art Martial », les Japonais utilisent trois phrases spécifiques pour décrire les arts martiaux 

    Leçons de Ninjutsu montrant le Kobudo et le Gendai Budo

    Bugei : C’est la traduction la plus littérale de l’« art martial » en japonais, et est utilisé pour décrire les arts martiaux en général.

    Bujutsu : « Bujutsu » n’a pas de traduction française directe, mais il peut être interprété comme « la science de la guerre » ou « la technique de guerre ». Bujutsu décrit la formation aux arts martiaux japonais en ce qui concerne le champ de bataille. Ceux-ci sont davantage axés sur la « science » pratique du combat.

    Budo : « Budo » signifie littéralement « voie du guerrier ». C’est un terme moderne qui englobe davantage les éléments philosophiques et spirituels des arts martiaux japonais. Budo décrit généralement l’incorporation des arts martiaux japonais comme un mode de vie, plutôt que comme un ensemble spécifique de compétences de combat.

    Top 15 des meilleurs arts martiaux japonais

    Les arts martiaux japonais ne sont que l’un des nombreux types d’arts martiaux disponibles. Enseigner un art martial japonais implique également d’exposer les étudiants à la culture japonaise, car cela influence fortement la méthode d’entrainement. Le pays du soleil levant abrite certains des arts martiaux les plus reconnus. Dans notre liste, vous découvrirez un des arts qui sont plus commodes et d’autres qui sont inhabituelles. Avis à tous les passionnés de culture nippon, voici le top 15 des meilleurs arts martiaux japonais.

    Kendo

    Kendo

    Duel de Kendo

    Le kendo est un art martial japonais moderne issu de l’épée classique qui utilise des épées en bambou (shinai) et une armure protectrice (bōgu). Le kendo est une activité qui propose à la fois le respect de la valeur et de l’honneur. Le tout est accompagné par une activité physique intense de type sportif. Cet art martial est un moyen de discipliner le caractère humain à travers l’application des principes du katana. Les uniformes de kendo sont presque toujours noirs. C’est l’un des arts matrimoniaux les plus courants proposés par les écoles publiques japonaises. De plus, le kendo propose une immense valeur culturelle en raison de sa liaison étroite avec les traditions samouraïs.

    Judo

    Le judo est un art martial japonais et un sport olympique qui consistent à utiliser des prises et un effet de levier pour soumettre un adversaire. Les participants à un match de judo sont appelés judokas. Les judokas portent un uniforme connu sous le nom de gi, qui est une veste ample avec un pantalon. Une ceinture est également portée. Le match de judo se déroule sur un tapis appelé le tatami. Un match de judo, ou un combat, a trois types de scores de base qui peuvent être obtenus. Du plus important au moins important, ce sont l'ippon, le waza-ari et le yuko. La pratique du judo est très répandue dans le monde, ce qui signifie que cet art martial est un sport que la majorité des gens apprécie.

    Kyodo

    pratiquant de kyodo

    Pratiquant de Kyodo

    Le Kyodo est un art martial japonais qui consiste à utiliser des arcs.        Cependant, il ne s’agit pas d’un arc classique, mais d’un arc extrêmement long avec une forme asymétrique. La conception de cette arme date de plus de 2000 ans. La manipulation de l’arc est souvent difficile, mais la puissance de l’arme est tout de même impressionnante. Pour ces raisons, la pratique du Kyodo demande de la puissance, de la concentration, mais surtout de la maturité. Dans le pays du soleil levant, cette pratique sportive n’est enseignée qu’à partir de l’âge de 15 ans. La pratique de ce sport intensifiera votre précision de tir, mais influencera grandement votre concentration.

    Karate

    Qui ne connait pas le Karaté ? 🥋 Pour autant, le karaté est l’un des arts martiaux les plus populaires au monde. Le karaté moderne a été développé à Okinawa, une petite île au large du Japon. Le karaté est un système d’autodéfense très efficace, et également une excellente forme d’exercice qui favorise un certain nombre de compétences et de valeurs de la vie quotidienne. En tant que système d’autodéfense, le karaté n’enseigne pas tant un ensemble de réponses standards à un ensemble de scénarios limités, mais plutôt un ensemble de principes qui peuvent être appliqués à n’importe quelle situation. Alors que le karaté enseigne à une personne les compétences de combat, le karaté ne favorise pas l’agression. Au lieu de cela, il favorise la prise de conscience pour éviter les conflits. Le combat ne doit être utilisé qu’en dernier recours.

    Yabusame

    yabusame

    Homme pratiquant le Yabusame

    Yabusame est un type de tir à l’arc monté au Japon. Un archer sur un cheval au galop tire successivement trois flèches sur trois cibles en bois. Le Yabusame nécessite de l’adresse, de la force et beaucoup de pratique pour atteindre un certain niveau. Mais comment fonctionne cela ? Un archer yabusame galope sur une piste de 255 mètres de long, contrôle le cheval avec ses genoux. Lorsqu’il s’approche d’une cible, il soulève l’arc, tirant la flèche avant de le laisser voler avec un cri profond d’In-Yo-In-Yo. Atteindre les cibles est considéré comme un véritable exploit. L’archer Yabusame était choisi parmi les meilleurs guerriers.

    Aikido

    Aikido

    Combat d'Aikido entre deux pratiquants

    L’art martial japonais de l’Aikido est un système complet de techniques de lancer, de verrouillage des articulations, de frappe et d’épinglage, associé à un entrainement aux armes japonaises traditionnelles telles que l’épée, le bâton et le couteau. Il y a beaucoup d’avantages associés à l’entrainement d’Aïkido. En plus d’être un art martial très efficace d’autodéfense, il présente de grands avantages physiques et est également considéré comme un chemin de développement personnel et de force mentale. Cela vous aide à nous conduire vers l’intégration de l’esprit, du corps et de l’esprit, nous aidant à être un être humain plus complet.

    Sumo

    Probablement le plus ancien art martial du Japon, le sumo est considéré comme le sport national du pays. À première vue, le sumo n’est rien de bizarre : des hommes en surpoids vêtus d’un énorme string se poussant l’un l’autre à l’intérieur d’un petit ring où la précérémonie est généralement plus longue que le combat proprement dit. Cependant, plongez un peu plus et vous trouverez un sport unique et technique avec une histoire riche et des lutteurs dont le régime d’entrainement rigoureux et le dévouement ne peuvent manquer d’impressionner. Les lutteurs de sumo sont connus sous le nom de rikishi en japonais ; ces deux caractères du kanji signifient « force » et « guerrier ».

    Koryu

    des garçons faisant du koryu kenjutsu

    Des garçons faisant du koryu kenjutsu

    Le Koryu est une large catégorie d’arts martiaux japonais de l’ère Edo. Il s’agit d’une pratique assez vieille qui a décliné au fil des ans en partie à cause d’ouverture du Japon à l’Ouest. Toutefois, son déclin est généralement causé par la dissolution de l’ordre des samouraïs. Bien qu’il s’agissait d’un art martial de l’ancienne école, le Koryu reste tout de même un art japonais qui a eu son moment de gloire. En effet, cet art martial est axé sur la guerre féodale et n’est plus utilisé de temps de paix. Aujourd’hui, le Koryu est considéré comme une relique du passé qui était inutile face aux techniques militaires occidentales.

    Ju-jistu

    Ecole de Ju-jitsu

    Ecole de Ju-jitsu

    Le ju-jitsu de style ancien japonais, ou Nihon koryu ju-jitsu, remonte à la période Muromachi au Japon entre 1333 et 1573. Ce style d’entrainement aux arts martiaux est basé sur le précepte du guerrier non armé. Le ju-jitsu se caractérise par l’utilisation de l’élan d’un attaquant contre lui en le guidant d’une manière que l’applicateur préfèrerait. Les méthodes de ju-jitsu comprennent la frappe, le lancer, la retenue (épinglage et étranglement), les verrous d’articulation, les armes et le grappin. Il est surtout reconnu pour son efficacité contre les individus armés, l’emploi des lancers et ses verrous. Le but du ju-jitsu est simple. Les pratiquants du ju-jitsu a pour objectif de désactiver, désarmer ou si nécessaire de tuer des adversaires. Mais cela, dépend de la situation.

    Ninjutsu

    Il y a peu de gens qui ne connaissent pas le ninja ou l’art qu’ils utilisaient, le ninjutsu. Cependant, cela ne signifie pas que l’impression qu’ils ont est la bonne. Il ne semble pas y avoir une seule source pour l’origine du ninjutsu. Bien que les légendes des traditions ninja parlent parfois de sources chinoises, il y a peu de raisons de penser que cela n’est plus qu’un mythe qui a surgi. L’art de combat du ninja différait des arts typiques des samouraïs en ce sens qu’il était destiné à s’échapper et à ne pas tuer l’autre personne. Si un ninja était découvert par un garde, il devait s’échapper avant que d’autres gardes ne se précipitent dans l’agitation. 🐱‍👤

    Ninjutsu

    Ninjutsu à l'Association Dokan

    Taihojutsu

    Développé au milieu des années 40, le Taihojutsu est l’art martial utilisé par la police japonaise. En effet, il s’agit d’une synthèse d’arts martiaux modernes conçue spécialement pour les forces de l’ordre nippones. En pratiquant le Taihojutsu, vous trouverez des techniques de karaté, de judo, d’aïkido, de kendo, de jukenjutsu, etc. Entre autres, le Taihojutsu est la méthode d’intervention privilégiée de la police japonaise. Cette discipline a vu le jour sous l’étroite collaboration de l’administration de la police et des grands maitres d’art martial de l’époque. Très efficace, le taihojutsu a déjà fait ses preuves au niveau de la société en contrôlant un suspect sans avoir à le blesser.

    Shorinji Kempo

    Shorinji Kempo

    Fondé par So Doshin en 1947, le Shorinji Kempo a développé un système basé sur les techniques et la philosophie qu’il a apprises en Chine. Alors Doshin a voulu recréer l’idée que Boddhidharma avait quand il enseignait les arts martiaux et la philosophie zen au temple Shaolin. Shorinji Kempo n’est pas seulement un art martial ou une légitime défense. La base de Shorinji Kempo n’est pas d’élever des combattants coriaces, mais de développer des personnes capables d’agir, d’aider les autres et de créer une société meilleure. La pratique a également deux concepts de base sur la façon dont la pratique se fait, ce sont jikokakuritsu qui signifie « se construire soi-même » et jitakyōraku « bonheur mutuel pour soi et les autres. »

    Naginatajutsu

    Pour être simple, le Naginatajutsu est l’art de manier le Naginata. Pour autant, le naginata est un ancien bras de poteau japonais qui est essentiellement une lame d’épée japonaise montée sur un long manche. La longueur de la lame varie d’aussi peu que 15 cm à plus de 60 cm, la lame moyenne mesurant environ 40 cm de long. Ils varient également en termes de courbure et de largeur de la lame. Les premiers utilisateurs de naginata étaient des gardiens à pied des samouraïs et des moines guerriers. Au Japon aujourd’hui, le naginata est enseigné comme un moyen de remise en forme physique et d’amélioration spirituelle pour les filles du premier cycle du secondaire et plus.

    Hojojutsu

    Les différentes techniques de Hojōjutsu

    Les différentes techniques de Hojōjutsu

    Hojojutsu est le terme utilisé pour décrire l’art martial japonais du bondage combattif. Il s’agit entre autres d’un système caractérisé par la contention ou l’immobilisation d’un adversaire à l’aide d’une longueur de corde ou de corde. Les deux noms les plus couramment utilisés pour cet art sont Hojojutsu et la lecture alternative du même kanji ; Torinawa-jutsu. Bien que les méthodes de liage, les matériaux utilisés et les noms des techniques varient considérablement d’une école à l’autre, nous pouvons les diviser en gros dans les deux catégories suivantes : Hayanawa et Honnawa. Leurs différences se trouvent au niveau de leurs liens et la longueur de la corde utilisée.

    Kenjutsu

    Le Kenjutsu est un autre des arts martiaux populaires originaires du Japon. Apparemment, il est apparu pour la première fois au 15e siècle comme moyen d’entrainement militaire pour la classe des samouraïs. Quelque temps après cela, il a été incorporé dans la culture ninja japonaise. Kenjutsu signifie littéralement la technique de l’épée. Cela signifie essentiellement se battre avec des épées, et l’arme de choix utilisée est le Katana, les bokkens en bois peuvent également être utilisés pour réduire les risques de blessures. Pratiquer le Kenjutsu seul peut devenir un moyen d’autoamélioration et de développement physique global, car balancer une épée lourde peut augmenter la force et la flexibilité du corps. Un expert du Kenjutsu est un « Kenjutsuka » et il faut des années pour atteindre ce niveau de statut. Le Kenjutsu peut être appliqué à la vie quotidienne, y compris la coordination et l’équilibre, la discipline et la confiance en soi.

    Yoseikan Budo

    Minoru Mochizuki

    Minoru Mochizuki

    Le Yoseikan Budo est un style d’arts martiaux japonais qui combine un certain nombre d’arts martiaux différents, notamment l’Aïkido, le Jujutsu, le judo, le karaté, le kobudo et la boxe. Il englobe des éléments de la plupart des arts martiaux les plus facilement reconnus. La relation la plus forte et la plus directe de Yoseikan est avec l’aïkido. Yoseikan est souvent considéré comme une excroissance de l’aïkido parce que le fondateur de Yoseikan, maitre Minoru Mochizuki, était un descendant principal de Morehei Uyeshiba, le fondateur de l’Aikikai Aikido. Cependant, le Yoseikan Budo emprunte également beaucoup aux techniques avancées du judo, en particulier les techniques de sutemi ou sacrifice.


    Laissez un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés