Vous aimez la culture japonaise ?

Profitez exclusivement cet été de -15% sur TOUTE notre boutique avec le code SUMMER15

Le Fūrin, la clochette qui tinte au gré du vent

Sommaire

    Vous avez peut-être déjà pu observer des petits carillons devant les maisons japonaises ? Ou alors vous les avez entendu résonner dans un anime ? Ce carillon japonais est appelé Fūrin, c’est un incontournable de la décoration japonaise pendant les saisons estivales. En faisant tinter leurs battants, ces petites clochettes provoquent un son relaxant et apaisant.

    Qu’est-ce qu’un Fūrin ?

    Les carillons japonais sont appelés Fūrin : « Fu » est le vent et « Rin » la cloche en japonais. Ils sont très souvent observables auprès des fenêtres des magasins ou maisons japonaises, tintant au vent.

    Furin

    Composition

    Le carillon est composé de deux éléments :

    • Zetsu : Le battant que le vent vient faire bouger afin qu’il fasse tinter la clochette
    • Tansatsu : Un petit morceau de papier qui peut être accroché au battant sur lequel on inscrit ce qu’on appelle un haiku ou un vœu

    De plus, le tansatsu est utilisé pour renforcer la sensation de fraîcheur de la brise estivale. Le papier nous permet de visualiser le vent. Lorsque le papier se meut sous l'effet d'une légère brise, on reconnaît soudain la présence du vent. Voilà le secret pour ressentir la fraîcheur même pendant les jours chauds et humides de l'été japonais.

    En général, les Fūrin traditionnels sont en métal, en verre ou en faïence. Plus rare, certains peuvent aussi être en bois ou en laiton. Cette multitude de matériau permettent de créer des sons tous très différents lorsque le carillon sonne.

    Les artisans de carillons sont capables de réaliser des Fūrin de toutes formes et tailles. Mais certains matériaux sont plus malléables que d’autres, comme la céramique notamment. Il n’est pas surprenant de voir des Fūrin en forme de théière, de boule ou d’animaux. Toutefois, les prix varient au même rythme que le matériau et du niveau de détail du carillon japonais.

    Histoire du carillon japonais

    Histoire Furin

    Depuis l'Antiquité, on croit que lorsqu'un vent fort souffle, une épidémie se propage dans le pays. C'est pourquoi, pour éviter les épidémies et éloigner le danger, on accrochait un carillon à vent en bronze en forme de cloche appelé futaku.

    Lorsque le futaku est frappé par un vent fort, il produit un son qui alerte les gens. Ces carillons en forme de cloche étaient principalement accrochés dans des lieux sacrés tels que les sanctuaires et les temples. Ils inspiraient un sentiment du divin.

    Les carillons Fūrin sont des versions plus simples du futaku. Ils étaient suspendus durant l'été, lorsque les épidémies se répandaient en raison des températures et de l'humidité élevées, afin de lutter contre ces problèmes.

    Les carillons en forme de cloche étaient autrefois fabriqués en bronze. Cependant, au XVIIIe siècle, les techniques de fabrication du verre ont été introduites depuis les Pays-Bas et ont modifié l'apparence du Fūrin. Au cours du XIXe siècle, les objets en verre sont devenus populaires et les carillons à vent en verre sont devenus le principal type de Fūrin au lieu des carillons en bronze.

    Même si traditionnellement, cette clochette japonaise en fonte était utilisée pour repousser le mal et les épidémies, de nos jours, les gens apprécient simplement son son clair pendant les chaudes journées d'été. Pour certains, le son relaxant du Fūrin et le son des cigales japonaises rendent la chaleur estivale plus supportable.

    Origine du Fūrin

    Les carillons à vent sont originaires de Chine où ils étaient utilisés par les voyants pour prédire l'avenir d'une personne en fonction du sens du vent et du son de la cloche. Ils sont arrivés au Japon en même temps que le bouddhisme, il y a 20 000 ans. Seules les personnes de haut rang telles que des samouraïs pouvaient prétendre à s’offrir un Fūrin, car le bronze était un matériau onéreux. Ce fut de courte durée, car le verre vint remplacer les Fūrin en bronze traditionnel rapidement. En effet, le Fūrin était placé à chacun des quatre coins des temples bouddhistes et des sanctuaires shintoïstes pour éloigner les mauvais esprits.

    Fabriquer un Fūrin

    Fabriquer Furin

    Les techniques traditionnelles de fabrication du verre sont utilisées pour réaliser la forme de base d'une clochette japonaise en verre. Tout d'abord, le verre chauffé est soufflé pour avoir la taille d'un gros bonbon. Ensuite, après avoir recueilli le verre fondu en le filant, on lui donne la forme d'un bol. Le trou pour le fil est fait en soufflant de l'air dans la cloche. Enfin, une image est peinte sur l'intérieur du verre refroidi pour compléter le Fūrin.

    À Iwate, les techniques traditionnelles du fer Nambu sont utilisées pour fabriquer le Fūrin en fer de Nambu. Malgré son aspect massif, les sons métalliques propres qu'il produit ont leur propre charme.

    À Toyama, les carillons sont fabriqués à partir du bronze de Takaoka. Les habitants d'Okinawa utilisent le célèbre verre Ryukyu pour créer leurs carillons. Dans diverses régions du Japon, des techniques de fabrication locales sont développées et transmises. La fabrication de carillons à vent est également populaire dans le cadre d'un projet de cours d'été. Les élèves utilisent des gobelets en plastique pour la cloche.

    Certaines personnes utilisent des clochettes pour décorer leur chambre. Leur design ajoute une légère touche japonaise à n'importe quelle pièce. Les carillons à vent ont de nombreux usages et peuvent être utilisés de différentes façons.

    Le Fūrin dans la culture moderne

    À Ofusa Kannon, un temple situé dans la ville de Kashihara, dans la préfecture de Nara, vous trouverez des carillons japonais par milliers.

    Ofusa Kannon organise le Fūrin Matsuri, un festival de carillons japonais qui dure deux mois en été, soit du 1 juillet au 31 août. Ce festival a été créé en 2003 pour les pratiquants et les visiteurs afin qu'ils puissent se rafraîchir au son des carillons à vent.

    Furin Anime

    Furin dans Shouwa Genroku Rakugo Shinjuu

    Le festival compte environ 2 500 carillons de vent suspendus dans le quartier. Vous serez étonné par son paysage et ses sons magnifiques. Il est très amusant de voir la différence entre les carillons des principaux producteurs du pays. Vous pouvez même en acheter certains si vous le souhaitez.

    Le 17 juillet, le festival nocturne aura lieu et vous pourrez profiter de la lumière des Fūrin japonais.

    Cette mignonne clochette japonaise apparaît dans beaucoup d’œuvres japonaises, dans l’anime « Shouwa Genroku Rakugo Shinjuu » notamment. Plus simplement, vous pourrez trouver des Fūrin représentant des carpes koï, ou encore des personnages tels que Totoro ou notre chat préféré : le maneki-neko.

    Enfin, si les Poketto Monsutā (Pokemon) vous disent quelque chose, un Pokémon de type Psy de la troisième génération appelé Eoko dispose d’un corps principalement blanc-bleuâtre en forme de carillon à vent Fūrin.


    Laissez un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés