Gashadokuro l'effrayant squelette affamé

Gashadokuro : Un Yokai Japonais Squelettique

de lecture

Les pays et les cultures du monde entier sont connus pour avoir leurs propres contes surnaturels, et partagent même certaines caractéristiques et similarités de ces légendes et entités avec leurs terres voisines. Quant aux Japonais, leur arsenal personnel de créatures mythologiques comporte un ensemble très intéressant et diversifié de goules, d'esprits et de monstres.

Alors que les sirènes, les dragons, les esprits et les démons sont une idée commune dans les histoires paranormales, le Japon se place dans une catégorie différente des autres avec ses descriptions extrêmement uniques et créatives de monstres, inédites dans d'autres cultures. Dans le folklore japonais, ces monstres et entités surnaturelles sont connus sous le nom de "Yokai". Ces Yokai ont tous des personnalités et des comportements différents et se manifestent dans une grande multitude de situations.

Qu'est-ce que le Gashadokuro

Estampe d'un Gashadokuro

Il existe des centaines de Yokai différents, avec différents types et sous-types. Il y a des bêtes légendaires, des monstres animaux, des fantômes et des objets. Le Gashadokuro ("がしゃどくろ") appartient à la sous-catégorie des Yokai, que les Japonais appellent Yurei.

A. Caractéristiques du Gashadokuro

Les types de créatures qui entrent dans la sous-catégorie Yurei sont très différents les uns des autres en ce qui concerne leurs origines, leur apparence, leur comportement, l'endroit où on les trouve, ce qu'ils consomment, etc. Le Gashadokuro est un Yokai très spécial dans ces sens, et voici pourquoi.

B. Les Gashadokuro sont des squelettes géants, hargneux et impétueux.

Gashadokuro dans Nioh

Les Gashadokuro se présentent comme des squelettes énormes, malveillants et colériques, mesurant près de 30m de haut, soit environ 15 fois plus que les humains. Ils sont censés être indestructibles et peuvent devenir invisibles à volonté.

Le squelette des Gashadokuro reste relié et fonctionne sans aucun muscle ni tissu corporel ; ils se relient d'une manière ou d'une autre par des moyens surnaturels. Cependant, en raison de son étrange structure musculaire, il ne peut toujours pas marcher correctement comme le ferait un être humain normal ; il est généralement plié, tortillé sur le sol car sa carcasse osseuse essaie de suivre ses mouvements irréguliers.

Le crâne du Gashadokuro peut ou non être présenté comme ayant des yeux dans ses orbites. Lorsque c'est le cas, ces yeux peuvent être décrits comme étant détraqués (chaque iris pointant dans une direction différente, roulant constamment), colorés en rouge ou en feu. On dit que parfois, toute l'ossature du Gashadokuro s'illumine de feu lorsqu'il est particulièrement enragé. On dit aussi qu'ils possèdent parfois une langue lisse et allongée sur laquelle s'écoule du sang humain.

C. Comment le Gashadokuro agit-il envers les humains ?

S'il arrive par hasard qu'un être humain se balade sur une route peu fréquentée, soyez assuré qu'il n'y aura aucune pitié. Ce sont des esprits vicieux et vengeurs qui laissent couler sans relâche leurs émotions négatives et leur sauvagerie. Ils n'ont pas de régime alimentaire spécifique, mais ils aiment le goût du sang humain. Le Gashadokuro se glisse derrière sa victime aussi silencieusement que possible, l'attrape de ses mains osseuses, lui arrache la tête et fait couler le sang des artères principales du cou de la personne.

D. Où se trouvent les Gashadokuro ?

L'habitat des Gashadokuro se trouve généralement dans la campagne, dans ce qui était autrefois un champ de bataille, des cimetières ou des fosses communes. Mais en réalité, ils peuvent vraiment apparaître n'importe où, à n'importe quel mois de l'année. Ils sont plus susceptibles de se montrer au plus tard dans la nuit, après minuit, et sont presque indétectables. La seule façon de réaliser qu'un Gashadokuro est proche est d'entendre ses dents grinçantes ou un étrange bourdonnement dans vos oreilles. Mais d'ici là, il est probablement trop tard.

E. L'étymologie de "Gashadokuro"

La raison pour laquelle il a été nommé Gashadokuro est que l'un de ses mots racines est une onomatopée, combinée à un nom. Le mot "Gash" dans Gashadokuro est tiré du terme japonais onomatopéique "gachi gachi", qui indique un son de craquement, de grincement ou de cliquetis. Ajoutez à cela son nom (qui est également considéré comme son nom alternatif "odokuro", qui signifie "squelette géant", et vous obtenez une combinaison de termes qui constituent sa signification essentielle : un squelette géant qui cliquette. Il peut également être traduit par "squelette affamé" en raison de son histoire d'origine.

F. Comment le Gashadokuro a-t-il vu le jour ?

Un Gashadokuro se forme de deux façons :

  • soit à partir des os de soldats non enterrés et de victimes de guerres passées,
  • soit à partir de morts en masse dues à la famine.

Le Japon a connu de nombreuses guerres au cours de son histoire ancienne, et dans beaucoup de ces batailles, des soldats sont morts et n'ont jamais été enterrés correctement. De nombreux paysans et voyageurs mouraient également de famine à cette époque, en particulier dans les régions les plus pauvres ou dans des endroits où ils ne récoltaient pas ou peu de choses en raison d'événements naturels ou de tragédies.

Tous deux devenaient, au sens figuré et presque littéralement, des fantômes affamés. Les soldats ont faim d'un repos éternel qui ne leur a jamais été donné, et ceux qui sont morts de faim restent furieux de mourir de quelque chose qui aurait pu être résolu facilement, si d'autres n'avaient pas été aussi égoïstes. Cette énergie négative qui les accompagnait en tant qu'êtres humains allait passer dans l'autre monde et former quelque chose de cumulativement mauvais (avec leurs os), pour exprimer leur colère envers ceux qui étaient assez chanceux pour être encore en vie.

Le Gashadokuro, qui a pour mission de faire des ravages parmi les humains dont ils sont amèrement jaloux, est presque invincible. Aucune arme ne marche contre eux. Il n'y a que deux façons pour eux de ne pas vous faire de mal :

  • si vous réussissez à les repousser avec un charme shintoïste,
  • ou s'ils se sont épuisés à exprimer leur haine, s'effondrant ainsi.

La légende du Gashadokuro

Gashadokuro dans l'animation japonaise

Personne ne sait exactement comment l'histoire du Gashadokuro a pris naissance, mais il y a une source dont les gens spéculent qu'elle pourrait se trouver là où les contes ont commencé. Au Xe siècle, à Kyoto, un puissant samouraï (Taira no Masakado) s'est rebellé contre les forces gouvernementales. Il avait une fille nommée Takiyasha-hime qui s'adonnait à la magie et se considérait comme une sorcière. Comme son père était beaucoup moins puissant que le gouvernement, elle voulait le protéger, lui et leur château. Elle a utilisé la magie noire d'un parchemin qu'elle possédait et a invoqué un Gashadokuro qui s'est matérialisé à partir du vide pour attaquer Ooya Tarou Mitsukini, le samouraï adverse.

Depuis sa convocation, ce squelette continuerait à hanter le pays. L'histoire de ce mythe a été représentée par un artiste appelé Utagawa Kuniyoshi dans une peinture sur bois maintenant très populaire. Elle est intitulée "Takiyasha la sorcière et le spectre squelettique".

Un débat a circulé, disant que cette œuvre d'art qui a inspiré l'histoire n'était pas du tout liée au Gashadokuro, insistant plutôt sur le fait qu'elle était indépendante, trouvée dans un livre de lecture japonais ou "yomihon". Takiyasha-hime était censé avoir convoqué de nombreux squelettes de taille normale, mais l'artiste, Utagawa Kuniyoshi, a utilisé sa liberté artistique pour déformer ce fait en transformant "de nombreux squelettes" en un seul squelette géant qui, comme par hasard, ressemblait à un Gashadokuro.

Le Gashadokuro est-il un mythe ?

Le Gashadokuro est sûrement un mythe. Tout comme d'autres créatures comme la licorne, les vampires et les loups-garous, les hantises du Gashadokuro sont des récits tissés par les gens, et ce n'est pas un conte aussi ancien ou aussi crédible qu'on pourrait le croire. Selon certaines sources, les premiers récits du Gashadokuro sont apparus dans les années 1960, dans les magazines Shonen. Un magazine shonen est une série de magazines publiés, remplis de manga, destinés à la population masculine, généralement âgée de 8 à 18 ans environ.

Des illustrations et des descriptions commenceront également à apparaître dans les encyclopédies Yokai, généralement issues d'articles écrits à l'époque Meiji par Saitō Ryokuu. un auteur japonais. Un célèbre écrivain et artiste de manga, Shigeru Mizuki, a pris goût à Yokai, et s'est spécialisé dans la création d'histoires à leur sujet, leur dessin et la connaissance des différentes sortes. Grâce à ses publications et à son travail, davantage de personnes ont appris à connaître les différents Yokai, y compris le Gashadokuro.

Autres Yokai similaire au Gashadokuro

Gashadokuro dans l'anime Nurarihyon No Mago

Il existait une collection de setsuwa (un genre littéraire qui se rapporte aux légendes, contes mythiques, anecdotes, etc.) de la période Heian appelée "Nihon Ryōiki". Dans ce setsuwa, il y avait l'histoire d'un homme originaire d'une province appelée Bingo, qui se trouve dans ce qui est maintenant connu comme la préfecture d'Hiroshima. Cet homme s'est retrouvé à entendre une voix prétendant que son œil était douloureux. Lorsqu'il se retourne pour voir qui parle, il se retrouve face à un squelette. Une pousse de bambou sortait de l'orbite du squelette.

L'homme sort cette pousse de bambou et laisse au squelette un peu de riz bouilli qu'il a fait cuire. Le squelette parle alors de ce qui lui est arrivé, de la façon dont il est mort et de son histoire. Comme l'homme était si gentil, le squelette l'a récompensé. Bien que l'histoire soit similaire à celle du Gashadokuro en ce sens qu'elles ont toutes deux trait à un squelette et à ses griefs passés, elles ne sont en aucun cas liées. Cette histoire a des racines qui vont beaucoup plus loin et plus profondément que l'histoire contemporaine du Gashadokuro.

Le Gashadokuro dans la culture populaire japonaise

Le Gashadokuro a fait plusieurs apparitions dans la culture pop, peut-être parce qu'il est lui-même un nouveau venu dans le royaume des Yokai. Néanmoins, cette créature mythique maléfique est souvent utilisée comme référence pour quelques méchants dans les dessins animés, ou comme un boss maléfique dans les jeux vidéo.

A. Anime, séries, films et mangas incluant le Gashadokuro

Gashadokuro dans Inu X Boku SS

"Pom Poko", un film du Studio Ghibli, montre brièvement un Gashadokuro lorsqu'un défilé de fantômes se déroule au milieu du film. Un autre exemple, bien qu'il ne s'agisse pas nécessairement d'un dessin animé, fait toujours partie d'une série animée : Hellboy : Le Sabre des tempêtes. Il met en scène un Gashadokuro qui émerge d'un cimetière, qui se met à lâcher des bêtes maléfiques, dont beaucoup sont des monstres Yokai eux-mêmes.

Le seul anime enregistré jusqu'à présent mettant en scène un Gashadokuro est "Inu x Boku SS", où l'un des personnages (nommé Karuta Roromiya) peut se transformer en Gashadokuro lui-même. Il s'agit de sa forme "youkai", car son entité mythique tout juste transformée rayonne d'une aura violette. On a tendance à la montrer en train de manger souvent, ce qui laisse entendre que le Gashadokuro a été fabriqué à partir des os de ceux qui étaient autrefois affamés.

Une série de manga connue pour avoir un Gashadokuro est Nura : Rise of the Yokai Clan (également connu sous le nom de "Nurarihyon no Mago". Il figure au chapitre 74. Le Gashadokuro ici s'appelle également Gashadokuro et est un méchant. Il n'a qu'un seul globe oculaire et est toujours courbé vers le bas.

D'ailleurs, jetez un œil à notre collection de cosplay !

B. Le Gashadokuro dans les jeux vidéo

Gashadokuro dans Adventure Quest Worlds

L'apparition du Gashadokuro est plus apparente dans les jeux vidéo que dans tout autre média, en général, parce qu'il s'agit d'un grand personnage contre lequel il faut lutter, tant au niveau de son aspect visuel que de son intrigue. Ce monstre apparaît notamment dans Muramasa : The Demon Blade, où il sert de boss final. Il apparaît ensuite dans plusieurs cas dans Castlevania de Konami, où il est nommé Squelette géant. Adventure Quest Worlds a également sa propre version du Gashadokuro, appelée "O-Dokuro".

Utilisez le Gashadokuro dans votre propre histoire

 

Le but des mythes dans la littérature et le folklore japonais n'est pas toujours de raconter une histoire sur la façon dont les choses étaient avant, mais aussi de donner une idée à ajouter à ses propres histoires ; des éléments tels que l'intrigue, les archétypes, et bien d'autres choses peuvent être tirés de ces légendes. Tout comme les jeux vidéo, les séries et les mangas ont ajouté cela à leur histoire, vous le pouvez aussi. Et votre créativité et vos options sur la façon de le faire sont infinies. Vous pouvez ajouter le Gashadokuro dans une nouvelle ou un roman, ou dans une bande dessinée que vous écrivez ; l'utiliser comme métaphore de la faim, ou de l'amertume à propos de quelque chose qu'il estime injuste et qui s'est produit au cours de sa vie.

Se faire tatouer le Gashadokuro

Tatouage de Gashadokuro

Vous cherchez une bonne idée de tatouage ? Que vous le vouliez encré sur le dos ou sur le ventre, une idée géniale serait un Gashadokuro. Vous pouvez y réfléchir, surtout si vous êtes un fan de la culture, de l'histoire et de l'art japonais.

Le Gashadokuro est une créature mythique unique qui vient du Japon ; et bien que sa chance d'exister soit à peu près aussi grande que celle du lutin ou de l'hippogriffe, le fait de connaître et d'embrasser des éléments de différentes cultures à travers leurs histoires et leur art connecte tout le monde à une échelle intrinsèque, mais mondiale. 

Laissez un commentaire

N'hésitez pas à nous donner votre avis ! 😄