Tout sur la maison traditionnelle japonaise

Tout sur la Maison Traditionnelle Japonaise

de lecture - mots

La maison traditionnelle japonaise est l'une des contributions les plus distinctives que ce pays a apportées à l'architecture mondiale. Alors que les riches et les puissants vivaient dans des châteaux et des villas, et les pauvres dans des maisons de campagne rustiques ou des quartiers de banlieue exigus, un grand nombre de Japonais médiévaux vivaient dans ce qui est devenu la quintessence de la maison japonaise. Les caractéristiques qui continuent à être populaires aujourd'hui comprennent des murs en papier de riz, des portes coulissantes et des cloisons pliables, un plancher de tatamis et de lits futon, et une approche minimaliste de la décoration intérieure. 

Maisons japonaises : un peu d'histoire

Après la Seconde Guerre mondiale, le Japon a connu une forte croissance économique et démographique, provoquant une pénurie de logements sans précédent. Pour surmonter ce problème, un large éventail de logements différents a été construit au Japon. Voici les différents types de maisons disponibles au Japon.

A. Apato (アパート)

Abréviation de "apatomento" du mot anglais "apartment" : comme son nom l'indique, il s'agit d'un appartement construit dans un bâtiment en bois et souvent sur deux étages. Tous ces appartements n'ont pas de salle de bain individuelle et sont parfois partagés.

B. Manshon (マンション)

En anglais "mansion" : ce sont des appartements construits dans des immeubles de plusieurs étages en béton armé, contrairement à "apato".

C. Ikkodate (一戸建て)

Ces maisons individuelles ont généralement une charpente en bois.

Les logements traditionnels au Japon

Maison Traditionnelle Japonaise

Maison traditionnelle japonaise

La plupart des bâtiments au Japon, il y a longtemps et aujourd'hui, doivent résister aux typhons annuels et aux tsunamis et tremblements de terre occasionnels. De plus, les étés peuvent être très chauds, les hivers froids, et il y a une saison annuelle de fortes pluies. Les Japonais de l'Antiquité et du Moyen Âge ont trouvé une solution simple à ces difficultés : ne pas bâtir pour durer. Plutôt que de résister à l'environnement, les maisons étaient donc construites pour suivre ses caprices et, si le pire arrivait, elles étaient conçues pour être facilement reconstruites. Cette approche signifie également que très peu de bâtiments anciens ont survécu au Japon aujourd'hui, mais le style et les astuces architecturales l'ont certainement fait.
 
Le Japon avait un système de classes très stratifié et l'architecture était l'un des nombreux moyens utilisés par les autorités pour maintenir le statu quo et renforcer l'idée que chacun a sa place dans la vie. Il y avait des lois somptuaires spécifiques qui interdisaient aux roturiers de posséder des maisons répondant au style favorisé par les samouraïs, par exemple. La classe des samouraïs était très sensible à l'architecture des temples bouddhistes, influencée par le zen, et ils en imitaient l'austérité et le minimalisme dans leurs propres maisons. Ces tendances finiront par se répercuter dans les maisons des autres classes. Un domaine dans lequel les classes inférieures correspondaient à leurs supérieurs était leur mobilier épars, mais cela était généralement dû à un manque de moyens plutôt qu'à l'esthétique.

4 éléments essentiels du style architectural japonais  

  1. Un saut intellectuel surprenant dans la conception des maisons japonaises a eu lieu au cours du 14ème siècle, si puissant qu'il a résonné pendant les 600 années suivantes. À l'époque où les maisons européennes s'encombraient de bric-à-brac exotiques, les prêtres zen balayaient même les meubles de leurs maisons. Les décorations apparentes ont également disparu. Ce qui restait était un simple espace flexible qui pouvait être utilisé selon les besoins de l'heure.
  2. Le bois est le matériau de prédilection pour les bâtiments traditionnels japonais. Les charpentiers japonais ont perfectionné les techniques permettant de faire ressortir la beauté intrinsèque du bois. Les bâtiments en brique, lorsqu'ils ont été construits pour la première fois à Ginza vers 1870, sont restés longtemps inoccupés, car les gens préféraient vivre dans des bâtiments en bois bien ventilés.
  3. À l'époque où Léonard de Vinci développait un système de dimensions qui mettait à l'échelle le corps humain pour l'utiliser en architecture, les artisans japonais ont normalisé les dimensions d'un tatami à 90 x 180 centimètres (environ 3 x 6 pieds), ce qui était considéré comme suffisant pour qu'une personne puisse y dormir. Chaque dimension d'une maison japonaise se rapporte à la dimension du tatami
  4. Les maisons japonaises traditionnelles ont une relation particulière avec la nature. Dans des cas extrêmes, la meilleure portion d'un terrain était donnée au jardin.

Enlevez vos chaussures !

Genkan, entrée d'une maison japonaise

Genkan, entrée d'une maison japonaise

Les Minka, ou maisons traditionnelles japonaises, se caractérisent par un sol en tatami, des portes coulissantes et des vérandas engawa en bois. Un autre aspect qui persiste même dans les maisons de style occidental au Japon est le genkan, un hall d'entrée où les gens enlèvent leurs chaussures. Le sol de la maison proprement dite est légèrement surélevé pour empêcher l'humidité d'entrer et pour empêcher l'inondation de la zone d'habitation en cas de forte pluie. Le niveau inférieur est connu sous le nom de tataki, et était traditionnellement fait de terre tassée, bien que le béton soit courant aujourd'hui. Après avoir été enlevées, les chaussures sont placées dans le getabako: une armoire qui tire son nom des geta, ou sabots de bois, que les Japonais portaient couramment autrefois.

Extérieur des maisons traditionnelles japonaises

Avant l'ère moderne, le logement domestique japonais traditionnel (minka, litt. "maison du peuple") pouvait être divisé en quatre catégories :

  • Noka : Les fermes
  • Gyoka : Les maisons de pêcheurs
  • Sanka: Les maisons de montagne
  • Machiya : Les maisons urbaines

Bien que les habitations ci-dessus présentent des variations régionales en fonction du climat local et de la disponibilité des matériaux, certaines caractéristiques communes peuvent être identifiées.

Les maisons des zones rurales, par exemple, étaient généralement d'un étage, construites en bois et surélevées du sol par des poteaux. Elles avaient un plancher en terre durcie (doma) où l'on faisait la cuisine et une autre zone avec un plancher en bois surélevé pour dormir.

Jardin Maison Japonaise

Jardin d'une maison japonaise

Les maisons urbaines étaient plus petites que les autres catégories en raison du manque général d'espace dans les villes, mais ce problème a été résolu en construisant vers le haut et donc beaucoup de machiya avaient deux étages. Il était assez courant que les maisons urbaines soient attachées les unes aux autres et que les toilettes et une source d'eau soient partagées entre les voisins. De nombreuses maisons urbaines étaient également les locaux commerciaux du propriétaire : un petit atelier ou une boutique. Les fenêtres étaient protégées par des panneaux de bois coulissants (amado) qui faisaient office de volets. Le toit était rendu étanche en ayant un pignon puis en le recouvrant de chaume, de tuiles ou de bardeaux d'écorce. Les toits avaient un avant-toit en surplomb et l'entrée principale avait sa propre couverture (genkan).

Le style architectural des belles maisons domestiques a été connu sous le nom de shinden-zukuri au cours de la période médiévale, et une partie importante de ce style était le mélange de la maison et du jardin. Le jardin était conçu pour être vu de différents points de la maison en reculant les fenêtres et les murs coulissants. Le jardin lui-même était typiquement paysager et pouvait contenir des arbres, des arbustes à fleurs, des herbes spéciales, des zones de mousse, des collines artificielles, des pièces d'eau et une rocaille, bien que ce ne fût pas nécessairement un grand espace car toute cet végétation pouvaient être miniaturisées. Les plus grands jardins avaient souvent leur propre maison de thé rustique (sukiya), un espace dédié à la cérémonie japonaise du thé. Au départ, le style shinden-zukuri n'était apprécié que par la classe des samouraïs.

Intérieur des maisons traditionnelles japonaises

Intérieur d'une maison japonaise

Intérieur d'une maison japonaise

Le salon (zashiki) a été vu pour la première fois dans les maisons des samouraïs qui, en tant que membres de la classe supérieure, étaient tenus de donner des audiences à leurs vassaux et aux fonctionnaires. Pour la même raison, une partie du sol de la salle peut être légèrement surélevée (jodan-no-ma). L'idée s'est ensuite répandue dans les maisons du peuple à la fin de la période médiévale. Dans cette pièce, il peut y avoir un bureau encastré (tsukeshoin) face au mur, une autre surprise de la maison du samouraï.

Les portes coulissantes intérieures recouvertes de papier (fusuma) étaient fabriquées en collant du papier (ou même parfois de la soie) sur un délicat cadre en bois et en treillis. Les portes étaient fermées ou ouvertes pour jouer avec la taille des pièces et les fenêtres étaient souvent conçues de la même manière. Au-dessus des deux, on pouvait avoir une imposte ou ramma, qui était un rectangle de bois sculpté qui fournissait plus de lumière et d'air à la pièce. L'espace intérieur pouvait être divisé davantage en utilisant des cloisons coulissantes indépendantes (shoji) qui pouvaient être de type pliable (byobu) ou être constituées d'un seul panneau (tsuitate). Le papier utilisé pour les panneaux était généralement plus fin et plus translucide que celui utilisé pour les murs. Les maisons plus rustiques pouvaient également avoir des stores en bambou ou en roseau (sudare) au-dessus des fenêtres.

Le sol en bois d'une maison japonaise traditionnelle est recouvert de tatamis rectangulaires faits de paille, mais avec une couche supérieure d'herbe tissée. Les tatamis remontent à la période Heian (794-1185 après J.-C.) et l'épaisseur et le motif du tissage des tatamis étaient un indicateur de la richesse dans le Japon médiéval. Bien que la taille des tatamis ne soit pas exactement standardisée dans tout le Japon, le nombre de tatamis qu'il était possible de disposer dans une seule pièce est devenu un moyen courant de mesurer la surface au sol. La taille d'un seul tatami à l'époque médiévale était de 85 cm x 1,73 m (2,8 x 5,7 ft). Le chauffage était assuré par des braseros à charbon portables (hibachi) ou un foyer central fixe et, à l'époque médiévale, l'éclairage était assuré par des torches en bois ou des lampes à huile.

Mobilier des maisons traditionnelles japonaises

Panneau Japonais Shoji

Panneau Japonais Shoji

Les meubles étaient rares dans les maisons japonaises à l'époque médiévale, mais pouvaient inclure des coussins de sol (zabuton), des accoudoirs portables, une table basse (chabudai), de petits placards de rangement (kodana), des rangements cachés et des coffres (tansu). Ces meubles étaient souvent faits de bois ou de bambou et pouvaient être rendus plus élaborés dans leur conception et leur décor en utilisant de la laque et de la dorure. Les objets de valeur tels qu'une épée ou des bijoux étaient conservés dans des coffres, qui se trouvaient parfois, selon l'ancienne tradition Ainu (la population indigène du Japon), dans le coin nord-est de la maison où l'on pensait que l'esprit gardien de la maison, Chiseikoro Kamui, habitait.

Les vêtements étaient généralement conservés sur des supports ou des étagères, tandis que la literie consistait soit en un tatami particulièrement épais (ou un tas de tatamis fins), soit en un futon, un matelas fin rembourré de coton, de laine ou de paille qui pouvait être facilement replié et conservé dans un placard ou un coin lorsqu'il n'était pas utilisé. Pour les mois plus froids, on utilisait une housse de couette en laine ou en coton, un kakebuton. En été, les dormeurs pouvaient utiliser une moustiquaire suspendue au plafond, un dispositif utilisé depuis l'antiquité au Japon.

D'ailleurs, si vous souhaitez modifier les horizons culturels, n'hésitez pas à jetez un oeil à ces magnifiques sièges de bar nordique de chez Deco Nordique.

Décoration des maisons traditionnelles japonaises

Beaucoup de gens accrochent des œuvres d'art à l'intérieur de leur maison, et celles-ci peuvent prendre plusieurs formes. Les parchemins suspendus (kakemono ou kakejiku) étaient faits de soie ou de papier et comportaient un poteau en bois au bas qui servait à alourdir le parchemin à plat contre le mur et à l'enrouler pour le ranger. Les parchemins, souvent accrochés dans une alcôve (tokonoma) spécialement aménagée dans le mur, montraient soit un tableau, soit un exemple de calligraphie fine, soit une combinaison des deux. Dans le cas des peintures, elles montraient généralement des scènes de paysage et étaient généralement changées au début de chacune des quatre saisons afin de correspondre thématiquement à la période à laquelle elles étaient regardées.

Décoration Traditionnelle Japonaise

Décoration Traditionnelle Japonaise

Une autre façon de montrer ses goûts artistiques était de faire faire des peintures sur les portes coulissantes en papier de la pièce, sur les murs en papier eux-mêmes ou sur des panneaux indépendants. Une façon moins coûteuse de décorer sa maison était d'acheter des estampes sur bois. Celles-ci étaient particulièrement populaires dans les villes à partir du XVIIe siècle de notre ère et montraient généralement des scènes urbaines (surtout liées aux loisirs), des lieux scéniques célèbres et des acteurs. Les estampes étaient collées directement sur les murs ou les panneaux. Enfin, les ornements purement décoratifs étaient utilisés avec parcimonie dans les foyers, mais on pouvait y voir un bel exemple de porcelaine ou de céramique laquée. Des ornements et parfois un arrangement de fleurs ou un brûleur d'encens étaient placés sur des étagères qui étaient généralement en quinconce (chigaidana).

Bien qu'il puisse y avoir des pièces de collection de valeur dans une maison japonaise, elles n'étaient en aucun cas cadenassées, et un cambrioleur n'avait qu'à faire glisser une moustiquaire ou même la porte d'entrée. C'est pourquoi ceux qui pouvaient se le permettre, employaient souvent un concierge s'ils s'absentaient pour une longue période. Une autre conséquence de ce manque de sécurité était que tout inconnu s'approchant d'une maison était traité avec suspicion, d'où la précaution des visiteurs criant "Excusez-moi" à l'approche de la porte, une tradition qui se poursuit encore aujourd'hui dans le Japon moderne.

 


Laissez un commentaire

N'hésitez pas à nous donner votre avis ! 😄