Inari la déesse des renards

Qui est Inari, la déesse des renards ?

de lecture

Inari est le kami japonais (un type de dieu ou d'esprit dans la religion shintoïste) de la prospérité, du thé, de l'agriculture (en particulier le riz), de la fertilité, de l'industrie et de la forge. Déité complexe aux multiples visages, Inari est désigné sous les noms d'homme, de femme et d'androgyne, selon le contexte.

Bien que le rôle d'Inari ait changé au fil du temps dans la culture japonaise, il est populaire dans tout le Japon depuis plus de mille ans. Inari est peut-être le plus connu en raison de son association avec des renards, appelés kitsune, qui agissent comme messagers d'Inari et reçoivent une protection en retour.

Inari, une forme abrégée de Ine Nari ou Ine ni Naru, est dérivé du Kanji 稲荷, avec 稲 représentant "riz" et 荷 représentant "cargaison", "fret" ou " transporter ". Le nom complet d'Inari est Inari Okami, ou 稲荷大神, qui peut être traduit par "le grand Dieu Inari". Ce nom est parfois raccourci en O-Inari, ou 大稲荷. Un autre nom est Ta-no-Kami (田の神), ou "Dieu des rizières".

Dans le contexte bouddhiste, Inari peut être associé à une personne particulière sur la voie de l'illumination (connue sous le nom de bodhisattva), auquel cas Inari peut prendre des noms secondaires liés à ce bodhisattva.

Inari, le kami shinto des céréales

La déesse Inari avec ces kitsune

Inari est une divinité incroyablement populaire qui a plus de sanctuaires qui lui sont dédiés que tout autre kami au Japon ; un tiers de tous les sanctuaires du pays sont des sanctuaires d'Inari. Cela est dû en grande partie au fait que les nombreux attributs d'Inari ont donné à la divinité une grande importance dans la société japonaise et ont aidé Inari à résister à l'épreuve du temps. Au fil des siècles, alors que la société japonaise a changé et que ses priorités ont évolué, Inari a évolué en même temps que la culture pour assumer de nouveaux rôles. Au cours des derniers siècles, ces changements ont été largement façonnés par les nouvelles définitions du "succès" qui découlent de l'ère Meiji (1868-1912) et de la montée du capitalisme tout au long du début du XXe siècle.

Comme Inari a pris de l'importance dans le Japon pré-moderne à une époque où les croyances n'étaient pas uniformes, les fidèles en sont venus à considérer la divinité différemment selon le contexte.

Cela explique pourquoi les gens ont considéré Inari comme un homme, une femme et un androgyne. De même, la vaste identité d'Inari a permis à des personnes de différentes croyances et pratiques d'embrasser la divinité, y compris les bouddhistes, qui ont associé Inari à différentes sectes et bodhisattva.

Par exemple, dans le bouddhisme Shingon, le concept du féminin divin, daikiniten, est lié au pouvoir des renards et donc à Inari, ce qui lui donne des pouvoirs supplémentaires du bouddhisme, comme la lumière purificatrice, qui lui manque dans les représentations shintoïstes traditionnelles.

A. Prospérité et industrie

Inari est le dieu de la prospérité et du succès, ce qui donne un attrait universel qui contribue à expliquer la popularité d'Inari dans tout le Japon. Cette prospérité s'applique à parts égales à l'agriculture et à l'industrie, étant donné l'importance d'Inari pour les artisans et les forgerons pendant la période Edo (1600-1868), car pendant cette période, les forgerons sont devenus une partie importante de l'industrie japonaise et de la culture des samouraïs.

Cela se poursuit dans la période moderne, avec de nombreuses sociétés qui mettent Inari en avant ; la société japonaise de cosmétiques Shiseido, fondée il y a près de 150 ans et l'une des plus anciennes sociétés de beauté au monde, compte Inari comme sa divinité protectrice.

B. Agriculture

L'association la plus courante avec Inari est leur relation à l'agriculture, et en particulier au riz. Dans ce contexte, les gens voient Inari comme une déesse féminine dont les bénédictions apportent la prospérité à la récolte de l'année. Cela s'étend aux produits issus des récoltes, comme le saké, l'alcool japonais produit à partir du riz fermenté.

Une boule de riz populaire, appelée Inarizushi, porte le nom d'Inari. En plus du riz, Inari est également associé au thé, un aliment de base important de la société japonaise depuis au moins mille ans, ce qui la place au centre de certaines des coutumes les plus connues de l'acrhipel nippon.

C. Artisanat

À partir de la période Edo, les Japonais ont commencé à associer Inari à différents métiers, dont le travail du bois, le textile, et surtout la forge et la fabrication d'épées. Dans ce contexte, les gens parlent généralement d'Inari comme d'un dieu masculin. Il guide l'esprit des fabricants d'épées, en enfonçant son marteau sur le métal chaud.

Cette expansion du domaine d'Inari est peut-être en partie due au fait que le shogunat Tokugawa, le gouvernement militaire du Japon pendant la période Edo, a fait passer la principale forme de richesse des taxes sur le riz à un étalon-or, et que les idées japonaises de "réussite" ont suivi. En raison de son association avec le succès, Inari a suivi ce changement culturel, en étendant son domaine au domaine de l'or et d'autres métaux.

D. Renards Kitsune

Le symbole le plus commun et le plus connu d'Inari est le renard, ou kitsune. Les kitsune sont l'une des créatures surnaturelles les plus populaires (appelées yokai) dans le folklore japonais. Ce sont des esprits féminins qui utilisent leurs ruses et leur malice pour aider ou nuire aux humains qui les entourent. Inari étant considérée comme bienveillante, seuls les kitsune serviables sont considérés comme ses véritables serviteurs, et ils agissent comme les messagers et les protecteurs d'Inari.

Faire du mal à l'un de ces renards est un affront à Inari. De nombreux sanctuaires dédiés à Inari ont des statues de renards à leurs portes (torii) ou ailleurs à l'extérieur des sanctuaires, remplaçant les statues de komainu, chien-lion. Dans ce contexte, Inari est presque toujours une femme.

Haori Inari Renard

E. Sanctuaires

Les sanctuaires d'Inari (稲荷神社, Inari jinja) se distinguent des autres sanctuaires japonais, marqués par des portes vermillon (torii), des statues de renard stylisées, des toits rouges, des murs en stuc blanc, et souvent de nombreux torii à la suite. Bien que ces caractéristiques soient les plus courantes, la présence de statues de renard est le signe distinctif le plus constant des sanctuaires d'Inari, où les fidèles font souvent des offrandes de riz et de saké.

Au total, il y a au moins 2 970 sanctuaires Inari reconnus au Japon aujourd'hui, ce qui en fait le sanctuaire le plus courant du pays. Le plus ancien et le plus important de ces sanctuaires est le Fushimi Inari Taïsha, qui se trouve à Kyoto.

Filiation d'Inari

Étant donné qu'Inari est beaucoup de choses à la fois, y compris de multiples divinités, il est difficile de déterminer la famille ou les origines d'Inari. Dans certains contes, Inari était mariée à la déesse de l'agriculture, Uke Mochi, dont elle a repris le rôle après sa mort. Cependant, Inari n'apparaît pas dans les sources classiques du folklore et de la mythologie japonais, ce qui rend les origines d'Inari peu claires.

Légende d'Inari

Même si elle n'apparaît pas dans la mythologie japonaise classique, Inari est l'une des divinités les plus importantes de l'histoire du Japon.

A. Avant la période Edo

Les origines exactes d'Inari sont inconnues, mais les historiens pensent qu'elles sont antérieures à l'arrivée du bouddhisme au Japon au sixième siècle. Presque dès son arrivée, le bouddhisme s'est rapidement associé à Inari et aux sanctuaires d'Inari à une époque où Inari était étroitement lié au riz, à l'agriculture et au thé.

Étant donné l'importance de ces éléments pour la culture et l'économie du Japon, Inari est devenu le dieu de la prospérité et du succès. Au cours de cette première période, le culte de Fushimi à Kyoto a été établi. Certains personnages légendaires, comme le sorcier (onmyoji) nommé Abe no Seimei, descendaient du kitsune et étaient donc bénis par Inari.

Fushimi Inari-Taisha, le sanctuaire le plus visité de Tokyo

Les sectes bouddhistes japonaises telles que Shingon ont considéré Inari comme leur divinité protectrice depuis leur création. Pendant la période Heian (794-1185), la fête d'Inari à Fushimi est devenue une fête importante, rivalisant même avec la fête de Gion, qui remonte aux années 800 et qui est aujourd'hui la fête la plus célèbre du Japon. Le patronage impérial d'Inari et des sanctuaires d'Inari pendant cette période a conduit à leur proéminence dans tout le Japon, et cette proéminence est restée même lorsque le pouvoir politique a changé de mains.

B. De la période d'Edo à nos jours

Pendant la période Edo, le culte d'Inari a commencé à changer de manière à maintenir sa popularité. Bien que les samouraïs aient régné au Japon pendant environ les cinq siècles précédents, la montée des forgerons et des sabreurs pendant le shogunat Tokugawa a rendu les industries métallurgiques puissantes. Comme la monnaie du Japon est passée du riz à l'or durant cette période, le rôle d'Inari en tant que kami de la prospérité et du succès a fait que leur influence et leur culte se sont transférés sur l'argent, la prospérité et la forge.

Inari est donc devenu la divinité protectrice des forgerons et des sabreurs, un protecteur des guerriers et des marchands. Leur relation avec l'agriculture et le thé n'a cependant pas changé, ce qui a conduit Inari à devenir le kami associé à la fois à ces anciens domaines et aux nouveaux.

Après que la restauration Meiji ait réorganisé la cosmologie japonaise pour favoriser le shintoïsme d'État et donc les kamis traditionnels comme Inari, la montée du capitalisme et des entreprises a fait qu'Inari est devenu une divinité incroyablement populaire pendant les périodes Meiji, Taisho et Showa d'avant-guerre (1868-1945).

Alors que le Japon devenait une puissance économique mondiale, la montée des intérêts économiques japonais signifiait qu'Inari (ainsi que ses sanctuaires et ses prêtres) devenait important pour l'inauguration de nouvelles entreprises, de nouveaux bâtiments et pour les sociétés en général.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, Inari est resté une divinité incroyablement populaire. Bien que le shintoïsme d'État ait été dissous en 1945, les sanctuaires d'Inari ont survécu et restent le type de sanctuaire le plus courant au Japon.

Les entreprises recherchent toujours les bénédictions d'Inari lorsqu'elles innovent, et Inari est associé non seulement au succès des entreprises, mais aussi à la prospérité générale des individus, des communautés et du pays dans son ensemble.

C. Autres mythes et légendes

La proéminence d'Inari sur une si longue période a fait d'eux une confluence de divinités plutôt déroutante. Inari est souvent une divinité singulière, mais ils sont parfois représentés comme trois divinités différentes (Inari sanza) ou même cinq divinités différentes (Inari goza). L'identité de ces autres divinités est très variable selon le sanctuaire, mais elles comprennent des divinités comme Uke Mochi, Izanagi, Izanami, et d'autres divinités de l'agriculture, de la prospérité, de la création et de l'ordre. Cela a conduit les gens à appeler Inari par de nombreux noms différents.

Dans le bouddhisme, Inari est plus étroitement associé à Dakiniten (la Dakini indienne, un esprit féminin divin dans le bouddhisme Vajrayana) et Benzaiten (une version japonaise du Saraswati indien), l'une des Sept Divinités Du Bonheur. Dans ces formes, Inari est féminin.

En tant que divinité de l'agriculture, Inari est semblable à Déméter et à Dionysos de la mythologie grecque et à la déesse nordique Freya.

Inari dans la culture populaire japonaise

Renard jouable dans The End : Inari's Quest

Inari et son lien avec le kitsune en font une divinité importante dans la culture populaire japonaise :

  • Dans la série Persona, issue de la grande série de jeux vidéo Megami Tensei, Inari est le personnage de Yusuke Kitagawa, qui apparaît avec un masque et une queue de renard.
  • Dans les univers de jeu de rôle de World of Darkness, Kitsune apparaît à la fois dans le classique World of Darkness et dans la suite de Chronicles of Darkness. Dans ce dernier, il s'agit de races changeantes dont les capacités proviennent d'Inari et qui servent toutes Inari de différentes manières.
  • Dans la série manga Hyper Police, Sakura Bokuseiinmonzeninari est un officier de police kitsune.
  • Kuzunoha, un personnage important du folklore japonais, est un serviteur d'Inari et la mère d'Abe no Seimei (921-1005), le célèbre sorcier (onmyoji) de la période Heian.
  • The End : Inari's Quest est un jeu vidéo dans lequel l'un des derniers renards se bat pour survivre dans un monde cyberpunk.
  • Le manga Inari, Konkon, Koi Iroha implique une fille nommée Fushimi Inari qui acquiert la capacité de se transformer comme un kitsune et qui éxauce la volonté des dieux.

 

Laissez un commentaire

N'hésitez pas à nous donner votre avis ! 😄