Susanoo dieu des tempêtes

Qui est Susanoo, le dieu des tempêtes ?

de lecture - mots

Susanoo-no-Mikoto est le dieu japonais de la mer et des tempêtes. Kami gardien puissant et turbulent, les humeurs de Susanoo sont souvent aussi capricieuses que ses actions sont chaotiques. Son combat avec le dragon Orochi a conduit à la création de l'épée Kusanagi-no-Tsurugi, qui fait partie des insignes sacrés du Japon.

L'orthographe et les formes du nom de Susanoo sont variées, tant en japonais qu'en anglais. En japonais, son Kanji peut apparaître sous la forme 建速須佐之男命 (Takehaya-Susanoo-no-Mikoto), 神須佐能袁命 (Kamususanoo), ou simplement sous la forme Susanoo : 素戔男尊、素戔嗚尊等、須佐乃袁尊, et 須佐能乎命. Chacun de ces Kanji peut être traduit par "le grand Dieu Susanoo". En raison de son association avec le sanctuaire de Kumano dans la préfecture de Shimane, il est également 熊野家都御子神 (Kumano Ketsumiko no Kami), le Grand Dieu/Chef de famille de Kumano.

Historiquement, son nom a fait l'objet de multiples traductions en anglais en raison des doubles "o" qui figurent à la fin de son nom ; ce grand nombre de traductions reflète un manque de Romaji standardisé dans la période qui a suivi la restauration Meiji (1868). Outre Susanoo, l'orthographe la plus courante est Susan'o. Les traductions plus anciennes de son nom comprennent Susano-o, Susa-no-O, Susano'o, et Susanowo.

Susanoo par YamaOrce

Susanoo par YamaOrce 

Les symboles de Susanoo

Susanoo est une divinité tumultueuse dans l'âme, et ses humeurs chaotiques et son apparence ébouriffée sont le reflet direct de son statut de dieu des tempêtes. Les mers qui entourent le sud du Japon, où se trouvent nombre de ses sanctuaires, reflètent ces attributs. Comme beaucoup de kamis des tempêtes, du vent et des mers qui servent sous ses ordres, Susanoo peut être à la fois bienveillant et malveillant. Malgré cette ambivalence morale apparente, il reste l'un des héros les plus célèbres de la mythologie japonaise. Dans ce qui est maintenant son exploit le plus célèbre, il a combattu et tué le redoutable dragon à huit têtes, Yamata-no-Orochi, en le tuant avec sa célèbre épée,  une Totsuka-no-Tsurugi.

En tant que fils d'Izanagi, il domine les esprits du tonnerre, de la lumière, des tempêtes, des vents et de la mer.

Les insignes et les sanctuaires impériaux

Susanoo maniait la célèbre épée Kusanagi-no-Tsurugi, également connu sous le nom de Murakumo-no-Tsurugi, l'Épée du ciel aux nuages regroupés. Après l'avoir dessinée sur le cadavre d'Orochi, il l'a donnée à sa soeur en signe de pénitence. Cette épée a finalement trouvé son chemin jusqu'à la famille impériale japonaise et est maintenant conservée au sanctuaire d'Amaterasu à Ise.

Les sanctuaires de Susanoo sont nombreux et populaires. Ils comprennent :

  • Kumano Taisha, son plus important sanctuaire, à Matsué, dans la préfecture de Shimane ;
  • Le sanctuaire de Susa, dédié à lui et à sa femme, à Izumo, dans la préfecture de Shimane ;
  • Le sanctuaire de Yasaka, à Higashiyama, dans la préfecture de Kyoto ;
  • Le sanctuaire de Tsushima, à Tsushima, dans la préfecture d'Aichi ;
  • Le sanctuaire de Hikawa, à Saitama, dans la préfecture de Saitama ;
  • Le sanctuaire de Yaegaki, à Matsué, dans la préfecture de Shimane.

La filiation de Susanoo

Izanagi et Izanami, les parents de Susanoo

 

Izanagi et Izanami, les kami fondateurs du Japon et parents de Susanoo

Susanoo est le fils d'Izanagi, l'ancêtre de tous les kami, et est le frère d'Amaterasu, la déesse du soleil, et de Tsukuyomi, le dieu de la lune. Sa famille varie beaucoup d'un conte à l'autre, et à ce titre, il a beaucoup de femmes et d'enfants. Parmi eux se trouve Kushinada-hime, sa première (et plus importante) épouse, qui lui a donné cinq enfants :

  • Kushiinada-hime,
  • Inada-hime,
  • Makami-furu-kushi'inada-hime,
  • Yashimajinumi
  • et Okuninushi, le dieu de la magie.

En dehors de son mariage, Susanoo a eu d'innombrables consortes et enfants d'autres femmes et de kami.

Susanoo dans la mythologie japonaise

Susanoo est un kami très populaire, et apparaît dans de nombreux mythes shintoïstes importants.

Naissance et bannissement

Izanagi s'est enfui de Yomi, où il était allé chercher sa femme. Après avoir bloqué l'entrée pour l'empêcher de s'échapper, Izanagi s'est rendu à une source d'eau chaude voisine et s'est purifié des impuretés de Yomi. C'est au cours de ce rituel de purification qu'Izanagi a donné naissance par inadvertance à trois nouveaux et puissants kami : Amaterasu, la déesse du soleil, et Tsukuyomi, le dieu de la lune, sont nés de ses yeux, et Susanoo, le dieu des tempêtes et des mers, est né de son nez. Izanagi a placé ces trois divinités à la tête de la bureaucratie céleste et a choisi Susanoo comme son gardien.

Il est vite apparu que Susanoo était trop orageux pour rester dans les cieux hautement ordonnés. Suite à cette prise de conscience, Izanagi a procédé au bannissement de son fils, une sentence que Susanoo a acceptée. Mais avant de partir, Susanoo alla dire au revoir à sa soeur Amaterasu, avec laquelle il se disputait régulièrement.

Amaterasu se méfiait de sa sincérité, et Susanoo la défia dans un concours pour le prouver. Ils prenaient l'objet de l'autre et voyaient qui pouvait créer le meilleur kami. Amaterasu prit son épée et créa trois femmes ; à partir de son collier, Susanoo créa cinq hommes. Cela s'est avéré être une ruse de sa part : elle a prétendu que parce que le collier était à elle, les hommes étaient à elle. Pendant ce temps, les femmes qu'elle avait produites à partir de son épée étaient les siennes. Grâce à son interprétation intelligente des règles, Amaterasu a remporté le concours.

Enragée par ce résultat, Susanoo se lança dans un déchaînement destructeur. Il détruisit la rizière de sa sœur avant d'écorcher un de ses chevaux et de jeter son corps sur son métier à tisser sacré. Ce cheval écorché a tué une de ses servantes et a fait fuir Amaterasu en proie au chagrin. Susanoo a été bannie à la suite de son saccage, mais sans Amaterasu, le monde est resté sombre et orageux.

Orochi et pénitence

Susanoo contre le grand serpent Yamata No Orochi

Susanoo contre le grand serpent Yamata No Orochi

Puis Susanoo no Mikoto est descendue du ciel et s'est dirigée vers la source de la rivière Hi, dans la province d'Idzumo [sic]. À ce moment-là, il entendit un bruit de pleurs à la source de la rivière, et il partit à la recherche de ce bruit. -Kojiki, traduit par Basil Hall Chamberlain

Après sa chute du ciel, Susanoo a atterri à Izumo et a été recueilli par un couple de personnes âgées. Il a vite appris leurs problèmes, de leurs huit filles, sept avaient été dévorées par un terrible dragon des mers à huit têtes, le Yamata-no-Orochi. Leur huitième fille, Kushinada-hime, sera bientôt sacrifiée elle aussi. Mais Susanoo ne voulait pas en arriver là et a cherché à mettre fin au désespoir du couple. Alors qu'ils se préparaient à la venue d'Orochi, Susanoo a transformé Kushinada-hime en peigne et l'a mise dans ses cheveux. Pendant ce temps, le couple âgé a placé un pot de saké à l'extérieur pour que le dragon puisse boire. Quand Orochi a bu le saké et s'est endormi, Susanoo l'a coupé en morceaux. En fendant la queue du dragon, il a vu émerger une épée, la Kusanagi-no-Tsurugi.

À la suite de ces événements, le couple reconnaissant a marié Kushinada-hime à Susanoo. Cherchant maintenant à se racheter auprès d'Amaterasu, le dieu de la tempête lui a offert le Kusanagi-no-Tsurugi en signe de pénitence.

Une fois que le couple s'est racheté, Izanagi, le père de Susanoo, lui a confié une dernière tâche : il doit prendre la place d'Izanagi en tant que gardien de Yomi. Susanoo a accepté cette fonction et, à ce jour, il est le gardien de la porte d'entrée du Pays des Morts. C'est pour cette raison, en plus de leur nature intrinsèquement violente, que les tempêtes sont souvent associées à la mort dans la culture japonaise.

Autres mythologies

L'un des tropes les plus courants dans la mythologie est celui des dieux de la tempête qui combattent de puissants serpents. Dans la mythologie grecque, c'était Zeus et Typhon ; dans la tradition nordique, c'était Thor et Jormungandr ; dans la tradition hindoue, un conflit a éclaté entre Indra et Vrita. Plus près du Japon, Yu le Grand a combattu le dragon Xiangliu, un serpent à neuf têtes. En effet, ce trope se retrouve dans la plupart des religions d'Eurasie, et a même trouvé sa place dans la tradition chrétienne et islamique moderne.

Susanoo dans la culture japonaise populaire

Sasuke invoquant son Susano dans Naruto Shippuden

Sasuke Uchiha invoquant son Susanoo dans Naruto Shippuden

Susanoo et des références à lui apparaissent régulièrement dans la culture populaire, notamment :

  • Dans Naruto, où un susanoo est un avatar créé par le chakra d'un ninja, incarné pour se battre pour lui, une compétence réservée aux possesseurs du Sharingan ;
  • Dans BlazBlue, où le susanoo est le véritable vaisseau de Yuki Terumi, un guerrier foudroyant ;
  • Dans Final Fantasy XIV, où Susanoo est un primordial de l'extension Stormblood ;
  • Dans un vieil anime, traduit par Petit Prince et le Dragon à huit têtes, qui adapte le conte de Susanoo et Orochi.


Laissez un commentaire

N'hésitez pas à nous donner votre avis ! 😄