Tout savoir sur le samouraï japonais

Le samouraï japonais : Tout savoir sur le guerrier du Japon prémoderne

de lecture - mots

La classe des guerriers samouraïs du Japon a toujours fasciné le monde occidental en raison du contraste intrigant entre leur entraînement militaire strict et leur efficacité effrayante, et leurs coutumes profondément spirituelles et leurs talents artistiques étonnamment raffinés.

Le mot samouraï signifie "celui qui sert". Les samouraïs sont donc les serviteurs de leur seigneur, de l'empereur et de tout le Japon. Ce sens ultime du devoir, qui est inscrit dans le nom du samouraï, remonte à leurs croyances religieuses et à leurs coutumes culturelles. Nous traiterons dans cet article l'évolution de ces croyances et coutumes, ainsi que sur la vision du combat et leur rôle de guerriers dans la société japonaise.

Image Samouraï Guerrier

Le Samouraï Japonais : la classe ultime des guerriers

Les samouraïs et leurs familles faisaient généralement partie d'un clan. Il faut cependant se demander comment ces clans se sont formés, pourquoi ils se sont formés et si les clans fonctionnaient comme des unités commerciales ou des familles élargies. Cette section cherche à répondre à ces questions et à éclairer davantage le monde social des samouraïs.

Les clans de samourais

Au début, autour de la période Nara et du début de la période Heian, les samouraïs n'avaient pas de clans distincts. Chaque samouraï avait son propre réseau de relations avec les autres samouraïs et seigneurs, mais constituait en fait une unité indépendante. Il était donc courant pour les samouraïs de cette époque de partager leur loyauté entre différents "clients" pour lesquels ils fournissaient des services de mercenaires. Ces liens étaient de nature commerciale, sans les connexions émotionnelles qui sont apparues dans les périodes ultérieures.

Cependant, à la fin de la période Heian, des clans de samouraïs ont commencé à se former. Ces clans étaient connus sous le nom de "maisons" ("ie") en japonais. À l'origine, ces maisons n'étaient qu'une formalisation des relations d'affaires individuelles. Un seigneur possédant un domaine offrait à ses samouraïs engagés un logement en échange de services exclusifs de leur part. Cette offre de logement s'étendait également aux familles du samouraï. Au fil du temps, un fort sentiment de loyauté s'est développé entre le seigneur et le samouraï qu'il avait engagé. Finalement, les samouraïs ont été incorporés dans la maison du seigneur et leurs lignées sont devenues une partie de son clan, rejoignant ainsi la "famille" du seigneur. La relation d'affaires entre le samouraï et le seigneur s'est alors transformée en loyauté clanique et familiale.

Loyauté envers le clan

Guerrier Samouraï

Dans la société japonaise, le noyau social a toujours été la famille, plutôt que l'individu. La formation des clans de samouraïs a donc créé une unité militaire forte et autonome dont la loyauté envers les uns et les autres était équivalente à la loyauté envers ses propres parents de sang. Ces nouveaux clans de samouraïs ont joué un rôle essentiel pendant la période Sengoku, lorsque le Japon s'est fragmenté en fiefs. La force des fiefs était directement liée à la force et à la taille des clans de samouraïs qui les contrôlaient. La guerre inter-clanique était donc une question importante pour protéger et renforcer l'honneur et l'influence de chaque clan, et par conséquent de chaque lignée de samouraï.

Cependant, ce sentiment de loyauté familiale et filial envers le clan et le seigneur du clan était une épée à double tranchant. Alors que les succès du clan se traduisaient par les succès de son seigneur et vice versa, on pouvait en dire autant des échecs des deux. Les gaffes politiques d'un seigneur se répercutent tout autant sur l'honneur du clan que la perte d'une bataille et les pertes d'honneur ultimes pour un clan étaient soit de subir une perte totale au combat, soit de perdre son seigneur et tous ses héritiers. Les samouraïs dont le seigneur sans héritier avait été tué étaient connus sous le nom de "ronin", sans chef et sans honneur. On attendait généralement des ronins qu'ils suivent leur seigneur dans la mort, parfois en vengeant l'honneur de leur seigneur comme le décrit le "Conte des quarante-sept ronins".

Dans certains cas, les rônins ou les samouraïs pouvaient changer de clan tout en conservant leur honneur. Cette méthode était beaucoup plus populaire avant la période pacifique des Tokugawa, car l'état politique du Japon était en constante évolution. En outre, un clan de samouraïs pouvait adopter des individus dans le clan, comme des moines guerriers ou des ashigaru distingués. Pendant la période Tokugawa, cependant, les clans étaient beaucoup plus statiques et il était considéré comme extrêmement déshonorant de prêter allégeance à un clan différent, même pour un ronin.

Les clans de samouraïs de la période Tokugawa étaient plus obsédés par les concepts d'honneur et de loyauté que leurs prédécesseurs, car leur rôle principal pendant la paix Tokugawa était passé de la noblesse militaire active à la noblesse politique. A la fin de la période Tokugawa, de nombreux samouraïs ont perdu la vie à cause du concept d'honneur de clan, que ce soit par suicide volontaire ou par des guerres inter-claniques sanctionnées.

Croyances religieuses et culture du Samouraï Japonais

Japon Samouraï

La religion des samouraïs est une entité complexe née du melting-pot polythéiste de religions que le Japon a cultivé tout au long de son histoire. Ainsi, la religion spirituelle native du Japon, le shintoïsme, a été complétée par de saines portions de bouddhisme et de taoïsme, qui ont été importées de Chine et d'autres nations au fil du temps. Il en est résulté un étrange mélange de ces trois religions qui variait selon les personnes, les familles ou les clans, en fonction des préférences et des traditions de chacun.

À cela s'ajoutait le code guerrier propre aux samouraïs, le Bushido, qui ajoutait sa propre saveur aux vues de la classe guerrière sur les religions communes de l'époque. Il n'est donc pas étonnant que des dictons tels que "né shintoïste, mort bouddhiste" se soient développés au Japon, car les Japonais choisissaient les domaines de vie et de mort que chaque religion régissait. Ce concept est essentiel pour comprendre comment le mélange spécifique de croyances religieuses des samouraïs, qui est décrit ci-dessous, a affecté leur culture, leurs valeurs et leurs choix dans la vie quotidienne.

Le Shintoïsme

Le shinto, la religion native du Japon, est basée sur le culte des esprits et de la nature. Au cours de l'histoire du Japon, le shinto a subi plusieurs transformations dues à l'évolution constante du climat religieux et politique, mais plusieurs de ses principes fondamentaux ont perduré jusqu'au XIXe siècle et au-delà. Ces principes fondamentaux comprennent la croyance en Kami, esprits ou dieux protecteurs, la loyauté filiale envers le chef de famille ou de clan, la loyauté envers les ancêtres, la nécessité de préserver la pureté des contaminations du corps et de l'âme, et la croyance que tout et tous sont interconnectés par une nature divine intrinsèque partagée. Ces préceptes relativement simples ont rendu le shinto extrêmement populaire au Japon tout au long de son histoire.

Même si le bouddhisme a remplacé le shintoïsme comme religion principale au Japon après la période Nara, le shintoïsme est resté une partie substantielle de la vie quotidienne. Les empereurs de la période Nara et Heian ont cherché à institutionnaliser le shinto à côté du bouddhisme en raison de sa popularité, de sorte que, tout en adoptant de nombreuses coutumes bouddhistes, les Japonais ont continué à rendre hommage aux esprits Kami locaux pendant les fêtes religieuses shintoïstes et ont prié dans les sanctuaires Kami avant de prendre de grandes décisions.

Pour les samouraïs, le shinto a pris des significations supplémentaires afin de s'adapter à leur nature sociale unique en tant que classe sociale guerrière. Par exemple, la loyauté filiale a été élargie pour inclure la loyauté envers le seigneur et le chef du clan. De même, bien que chaque samouraï ait son propre engagement personnel envers son propre honneur et celui de ses ancêtres, ce dernier a également été élargi pour inclure l'honneur de son seigneur et de ses ancêtres. Dans tous les autres aspects, cependant, les coutumes shintoïstes des samouraïs étaient les mêmes que celles de tous les autres.

Le Bushido

Jeune Samouraï

Le Bushido se traduit littéralement par "voie du guerrier". C'est le code de comportement moral que tout samouraï doit respecter pour être considéré comme un vrai samouraï. Le terme Bushido est apparu au début de la période Tokugawa, au 17e siècle. Jusqu'alors, il était resté un ensemble de règles et d'idées non écrites et non officielles qui étaient transmises d'une génération de samouraïs à l'autre. Bien que le code officiel du Bushido soit apparu relativement tard dans l'histoire des samouraïs, il a tiré nombre de ses préceptes des premiers concepts du shintoïsme, du zen et du confucianisme que les samouraïs avaient intégrés dans leur vie au fil du temps. Ainsi, les histoires de la bravoure insouciante des samouraïs et de l'extrême dévotion envers leur seigneur existent depuis les premières périodes Heian et Nara, comme le Conte de Heike, qui est devenu populaire aux 12e et 13e siècles et qui décrit les comportements honorables des grands daimyos pendant les guerres Gempei du 12e siècle, bien avant la période Tokugawa.

Les préceptes de base du code du Bushido sont la justice, la loyauté, l'honneur, le courage, l'amour et la courtoisie. Le samouraï parfait est donc un homme qui défend la justice et l'honneur comme les plus hautes valeurs, qui n'a pas peur d'aller au combat ou de mourir pour son seigneur, qui aime toutes les choses du monde et est capable d'une grande compassion et qui est un parfait gentleman en matière d'étiquette.

L'idée sous-jacente était que c'est le cœur, et non l'esprit intellectuel sec, qui doit guider les actions d'un samouraï. Ces idées unissent les concepts de loyauté et de connexion avec toutes choses du shintoïsme et les concepts d'expérience du moment et de gain de gloire et d'honneur dans la mort du zen à la vision confucianiste du "parfait gentleman" : un homme cultivé, savant, habile dans l'art de la guerre. À bien des égards, le Bushido est l'équivalent japonais du code de chevalerie européen qui était défendu par les chevaliers de l'époque médiévale.

Techniques de combat du Samouraï Japonais

Les Samuraïs

Maintenant que les contextes sociaux et religieux des samouraïs ont été revus, on peut s'intéresser à l'évolution des techniques de combat uniques des samouraïs. Découvrons l'évolution du rôle des samouraïs au combat tout au long de leur histoire, ainsi que les principales armes des samouraïs.

Commandant des armées

Pendant les périodes Nara et Heian, les guerriers samouraïs étaient en grande partie des combattants indépendants. Bien qu'ils servaient ensemble dans l'armée de leur seigneur, chaque samouraï se concentrait principalement sur des tactiques solitaires qui permettaient de se démarquer de la foule, d'attirer l'attention du seigneur et d'obtenir une promotion. Comme chaque guerrier samouraï visait la perfection dans sa tactique personnelle, lorsqu'ils étaient regroupés, ils formaient une force imparable contre les forces armées non entraînées et facilement intimidées qui constituaient le corps principal des armées à l'époque. Cependant, les combats étaient plus équilibrés et de nombreux récits romancent les duels sur le champ de bataille entre les samouraïs adverses et les affrontements entre leurs styles de combat individuels.

Cependant, pendant la période Sengoku, les clans ont commencé à former leurs samouraïs en tant qu'unités destinées à combattre en collaboration. Pendant cette période tumultueuse, les armées commandées par les samouraïs sont devenues plus importantes et plus compétentes grâce à l'expérience, y compris les forces d'Ashigaru. Cela signifie que des samouraïs individuels pouvaient être envahis par des troupes d'ashigarus à demi qualifiées s'ils ne travaillaient pas ensemble. Chaque samouraï s'efforçait toujours d'atteindre la gloire, mais en faisant preuve de génie stratégique et de compétences de commandement plutôt que de simples prouesses au combat. Cette tendance s'est poursuivie pendant la période Azuchi-Momoyama jusqu'à ce que la paix des Tokugawa éclate.

Armes principales

L'arc

Les samouraïs ont toujours été connus comme des unités militaires d'élite meurtrières. Cependant, leur plus grande valeur n'était pas de combattre en première ligne avec des épées, mais de fournir un soutien à cheval. Avant le 14e siècle, l'arme la plus mortelle et la plus utile que le samouraï possédait était l'arc. À cheval, les samouraïs étaient capables de faire pleuvoir des flèches sur les troupes ennemies, soit à distance, soit au corps à corps, tout en conservant la mobilité et la protection que leur offrait leur monture. Les samouraïs s'entraînaient fréquemment à tirer à l'arc à deux mains au galop et participaient à des compétitions de tir à l'arc afin d'accroître leur précision à un degré mortel.

La Lance

Cependant, cela a changé pendant la période Sengoku. Alors que dans les périodes précédentes, seuls les samouraïs étaient autorisés à utiliser des arcs, les ashigaru se voyaient désormais accorder ce privilège également. Cela signifie qu'au lieu de tirer quelques coups très précis, une armée pouvait simplement remplir le ciel de flèches, car les ashigarus étaient beaucoup plus nombreux que les petites forces spéciales des samouraïs. Cela a permis aux samouraïs d'apprendre à se surpasser avec une nouvelle arme : la lance. Les lances pouvaient être utilisées aussi bien comme armes de jet que comme armes de poignard, tout en donnant au samouraï l'avantage d'une plus grande portée que celle d'une épée et d'une plus grande distance entre lui et sa cible.

Photo Samouraï

Le sabre japonais

Tout au long de la carrière militaire active des samouraïs, le sabre katana a été rarement utilisé. Au combat, il était réservé aux combats rapprochés à cheval ou au sol. Cependant, de telles situations étaient relativement peu fréquentes et peu souhaitables pour les samouraïs. Cela dit, les samouraïs étaient toujours maîtres de l'épée et s'entraînaient sans cesse avec elle. Le plus grand test de leurs compétences, cependant, était l'affrontement entre eux, soit lors de duels sur le champ de bataille, soit lors de querelles interpersonnelles et inter-claniques. Pendant la période Tokugawa, lorsque les compétences militaires de la grande majorité des samouraïs n'étaient plus nécessaires, ces querelles de clans et ces duels personnels sont devenus le principal centre de combat de cette élite militaire. L'arme principale des samouraïs de cette période était donc le katana, pour ceux qui le gardaient plutôt que de le vendre pour des fonds supplémentaires, ou le wakizashi, la petite sœur du katana.

Maintenant que les rôles sociaux, religieux et tactiques des samouraïs à travers l'histoire ont été examinés, l'évolution spécifique de leurs armes et armures peut être revue.

Le Katana : l'esprit d'un samouraï

Le katana est la longue épée qui a toujours été associée aux guerriers samouraïs japonais. Le katana est avant tout un sabre tranchant, mais sa structure unique lui permet également d'être utilisé comme arme de poignard et comme arme de parade pour la défense, en raison de sa grande résilience. Il peut être utilisé à une ou deux mains, selon le type de coup à donner et la force que le samouraï souhaite donner au coup. 

Le katana était porté avec le bord tranchant vers le haut, enfoncé dans la large ceinture d'un samouraï. Il a subi plusieurs changements depuis l'introduction des épées au Japon en provenance de la Chine. Cette partie décrit les principales caractéristiques du katana, son évolution historique et le processus de fabrication qui a été développé pour lui au fil du temps.

Samouraï Médiéval

Description et constitution du Katana

Le katana est constitué d'une lame de 60 à 90 cm de long. En général, la soie représente environ un cinquième de la longueur de la lame, avec un trou près de son extrémité. Les longueurs de la soie et de la lame ont cependant changé avec le temps. Le manche en bois, ou "tsuka", du katana couvre entièrement la soie. Le manche est percé de telle sorte qu'une cheville peut être insérée dans le trou de la soie afin de fixer le manche sur la lame. Le bois du manche est généralement recouvert de cuir ou de peau de raie, puis enveloppé d'une corde de soie rugueuse, pour une meilleure prise.

La lame elle-même est légèrement incurvée, avec un seul bord tranchant du côté convexe de la courbe. Le long du bord de la lame, on peut voir un motif distordu appelé "hamon". Ce motif est utilisé pour mesurer la qualité de la lame et sa composition.

À l'endroit où le manche du katana et la lame se rencontrent, on trouve souvent une garde appelée "tsuba". La tsuba est à la fois pratique et décorative et peut être faite de métaux plus précieux que l'acier. Elle peut également être munie d'accessoires décoratifs assortis à la tsuba, pour un aspect plus décoratif. Parfois, des entretoises sont utilisées sur un ou deux côtés de la tsuba, pour la rendre plus serrée, et un collier est fixé à la base de la lame pour renforcer le point de rencontre de la lame et de la garde transversale.

Un petit écusson décoratif, appelé "menuki", est souvent intégré dans le manche, et sort d'entre les deux enveloppes. Ce morceau d'écusson appartenait généralement à la personne ou au clan pour lequel l'épée avait été fabriquée.

Histoire du Katana

Le katana est le résultat de près de mille ans de raffinement des sabres, la dernière étape d'un processus d'évolution continue qui remonte à la création des premiers sabres japonais au 5e siècle. 

Mugen Samouraï Champloo

Introduction à la lame courbée

Les premières épées étaient connues sous le nom de Chokuto, "épées droites", et n'étaient guère plus que de longues épées en acier dérivées de modèles chinois et coréens. Longues, droites et à un seul tranchant, elles n'avaient pas la courbure distincte qui définit le katana tel qu'il est connu aujourd'hui. La courbe est apparue pendant la période Nara, à la suite des tentatives des forgerons d'épée de créer une meilleure lame de coupe. En martelant à plusieurs reprises un seul côté de l'épée, les forgerons ont découvert qu'ils pouvaient créer un tranchant plus fin, et donc une lame plus tranchante. Comme un côté de l'épée était plus long que l'autre, la lame s'est légèrement courbée.

Ces premiers sabres courbés, connus sous le nom de Jotoko Tachi, ou "Ancien Long Sabre", ont été constamment améliorés tout au long de la fin des périodes Nara et Heian. L'essor de la classe des samouraïs en tant qu'unités d'élite à cheval nécessitait un sabre plus long qui pouvait atteindre les ennemis à cheval et une lame encore plus tranchante et plus incurvée. Une telle courbure offrait un avantage mécanique par rapport aux lames droites pour la puissance de coupe et réduisait la résistance du sabre lorsqu'il s'agissait de trancher un ennemi. Cela était particulièrement utile lors des combats à cheval, car les forces générées par une résistance élevée de la lame peuvent faire tomber l'épée de la main d'un combattant monté, voire même le faire tomber complètement. Les forgerons japonais ont répondu à cette demande avec le Tachi, une lame intentionnellement incurvée d'environ 85 cm de long qui s'est avérée dominante dans les combats à cheval. À l'aube de la période Kamakura, le succès du tachi en a fait un élément de base des samouraïs à travers le Japon.

L'émergence du Katana plus fort et plus court

À la fin de la période Kamakura, alors que les villes se développaient et que les combats rapprochés devenaient plus fréquents, le tachi a été modifié une fois de plus, pour devenir le légendaire katana. Conçu pour le combat au corps à corps, le Katana combinait le fait de tirer la lame et de trancher avec elle en une seule action, ce qui le rendait bien plus rapide que le Tachi, plus volumineux. Le katana était plus court que le Tachi, mesurant environ 73 cm de long, ce qui permettait une plus grande vitesse et une meilleure maniabilité dans les espaces souvent exigus du combat urbain. Grâce à ces améliorations, le katana est rapidement devenu la plus emblématique des armes des samouraïs et un parangon de leur style de combat.

Le Katana, qui est le summum de la fabrication des sabres japonais, a peu changé après sa création, à la fin de la période Kamakura. Alors que la qualité de la lame s'est détériorée avec les bouleversements intérieurs du Japon, peu de changements ont été apportés à la conception de la lame. Les noms ont changé, les épées de la période Sengoku étant appelées Shinto, et celles de la période Tokugawa Shinshinto, mais le Katana est resté en grande partie le même.

Signification du Katana

Le katana occupait une place particulière dans le cœur et l'esprit des samouraïs.

Signification du Katana pour les samouraï

Bushido Samouraï

Grâce à leurs enseignements zen, les samouraïs ont appris à rechercher la perfection dans leurs techniques de combat afin d'être aussi tranchants et mortels que leurs lames. Dans un certain sens, donc, le katana japonais n'était pas simplement une épée, mais une extension de l'âme du guerrier qui l'a cédée et un reflet de ses compétences sur le champ de bataille.

Traditionnellement, lorsqu'un katana était réalisé par un maître forgeron, il était fabriqué avec une "personnalité" spécifique qui devait correspondre à celle du samouraï qui l'avait commandé. Cette "personnalité" pouvait se manifester dans la longueur de la lame, sa largeur, sa composition, dans les ferrures qui la décorent et dans d'autres facteurs. Après qu'un samouraï ait reçu un tel sabre, il était censé le garder à ses côtés pour le reste de sa vie. Les seules exceptions à cette règle sont les kanatas qui n'ont pas été fabriqués pour une personne spécifique à des fins de combat, mais qui ont été faits comme cadeaux ou comme objets de cérémonie.

Ce sentiment est la raison pour laquelle les samouraïs sont toujours autorisés à porter des katanas après que le reste de la population ait été interdit de le faire au début de la période Tokugawa.

En outre, les samouraïs qui vendaient leurs épées étaient considérés comme extrêmement déshonorants. Certains samouraïs qui n'avaient pas d'autre choix que de vendre leurs épées ne vendaient souvent que la lame et munissaient le manche d'une lame en bois afin de donner l'impression qu'ils avaient toujours le katana complet. Il n'est donc pas étonnant que la fin de l'ère des samouraïs ait commencé en 1876 avec la proclamation de l'empereur Meiji selon laquelle les samouraïs ne pouvaient plus porter de katana en public.

Signification du katana pour les forgerons de sabres

En plus d'avoir une signification si profonde pour les samouraïs eux-mêmes, les katanas avaient aussi une forte signification pour les forgerons d'épée qui les ont fabriqués. En commençant par une période de prière à Bouddha ou aux esprits Shinto kami, un forgeron s'engageait dans un voyage profondément spirituel sur son propre chemin personnel vers la perfection lorsqu'il fabriquait un katana.

Autres armes du Samouraï Japonais

En tant que longue lame, le katana ne pouvait pas être utilisé dans toutes les situations auxquelles les samouraïs étaient confrontés au combat. Les samouraïs avaient en fait plusieurs armes principales qu'ils utilisaient en plus du katana. Découvrons ensemble ces armes.

Le Wakizashi

Wakizashi

Le wakizashi est apparu entre le 15e et le 16e siècle, créé comme une épée courte compagne de lames plus longues comme le tachi et le katana. Tout comme la longueur plus courte du katana le rendait meilleur que le tachi pour le combat urbain, la longueur plus courte du wakizashi le rendait meilleur pour les espaces encore plus petits comme l'intérieur.

Le poids et la taille réduits de ce sabre en font une arme idéale pour les coups de poignard et les coups de pied, ce qui en fait une arme de réserve et de secours populaire, à côté du katana, souvent utilisé pour porter le coup de grâce aux ennemis. Les samouraïs portent généralement les deux, une combinaison connue sous le nom de daisho ou "big-little", à la fois sur le champ de bataille et en dehors. En fait, il était souvent d'usage qu'un samouraï laisse son katana à la porte lorsqu'il entrait dans une zone restreinte, mais qu'il reste en possession de son wakizashi. En outre, la lame était l'instrument le plus souvent utilisé pour commettre le Seppuku, le rituel de suicide des samouraïs. Cependant, contrairement au katana, les wakizashi n'étaient pas réservés qu'aux samouraïs ; les marchands étaient libres de les porter aussi.

Le Tanto

Le tanto est la plus ancienne des trois lames communes utilisées par les samouraïs, un poignard traditionnel japonais qui remonte à la période Heian. Le tanto a eu de nombreux noms au cours de l'histoire et a changé de longueur de façon assez spectaculaire. Cependant, il a toujours été considéré comme une arme courte et poignardante utilisée pour le combat rapproché et l'autodéfense. Au départ, le tanto était utilisé comme compagnon du tachi, la longue épée destinée au combat à cheval. Cette association était le reflet de l'ensemble katana/wakizashi qui a suivi, le tanto étant utilisé pour le combat rapproché et pour terminer un combat.

Il existe même des documents qui montrent que le tanto a été offert, en même temps qu'un tachi ou un katana, à un grand seigneur pendant la période Heian, ce qui montre son importance pour les samouraïs de l'époque. Comme le tachi a perdu de son importance au profit du katana, le tanto est resté un élément de base de l'armement des samouraïs, bien que son rôle dans les combats ait été considérablement réduit. Bien qu'il ait été courant pendant un certain temps de voir un samouraï avec les trois lames, le tanto a finalement été relégué aux classes inférieures, notamment comme méthode d'autodéfense pour les femmes.

L'arc

Comme mentionné précédemment, les premiers samouraïs dépendaient fortement de l'arc comme principale arme de combat, qui était tiré à cheval. En raison de la hauteur du cheval, le katana n'était pas une arme aussi efficace pour les samouraïs à cheval, car la mobilité du cheval signifie qu'ils pouvaient se déplacer à travers le champ de bataille tout en restant à distance et en tirant continuellement des coups précis sur les troupes ennemies.

Cependant, comme les armures de la période Nara et Heian étaient encombrantes et réduisaient la mobilité des samouraïs, elles limitaient la gamme des angles de tir possibles, et gênaient souvent le tir et le relâchement efficace de l'arc. De plus, l'arc n'avait que des capacités offensives et devait être écarté au profit d'autres armes dès qu'une charge dans les lignes ennemies était nécessaire. Néanmoins, en raison de l'habileté inégalée des samouraïs avec l'arc et des progrès dans le développement des armures qui permettaient une plus grande mobilité, l'arc est resté l'arme principale des samouraïs à cheval pendant près de quatre siècles avant d'être finalement remplacé par la lance.

La Naginata

Naginata dans For Honor

Dans les premiers temps de la guerre des samouraïs, avant le 14ème siècle, les Ashigarus étaient les principaux porteurs de lances. Les lances, connues sous le nom de naginata, étaient considérées comme des armes sans grâce et imprécises et les ashigaru, qui les utilisaient principalement pour arrêter les charges de la cavalerie des samouraïs sur les lignes de front, étaient considérés comme des armes jetables. Le côté le plus noble du naginata était son utilisation experte par les femmes samouraïs, qui étaient aussi bien entraînées avec le naginata que les samouraïs l'étaient avec le katana, dont l'utilisation était interdite aux femmes.

Cependant, vers la période Sengoku, le rôle des samouraïs à cheval a changé. Au lieu d'être des archers, les samouraïs sont passés à l'utilisation d'une lance comme les chevaliers européens, sacrifiant la portée pour la capacité de faire une charge d'une précision dévastatrice. Cette lance était connue sous le nom de yari et était basée sur son prédécesseur, le naginata, mais était beaucoup plus longue. Le passage aux charges de cavalerie a également obligé les lances des ashigarus à s'adapter.

La naginata du passé était relativement courte et donc extrêmement inefficace contre les lances plus longues utilisées par les samouraïs à cheval. C'est pourquoi, à partir de la période Sengoku, les ashigarus ont commencé à utiliser la même lance que les guerriers à cheval, pour leur donner une chance de se battre contre la portée de la lance.

Armure du Samouraï Japonais

Si l'on croyait que le katana des samouraïs était leur âme, ce n'était pas leur seule marque distinctive. Les armures des samouraïs étaient également uniques à chaque samouraï, lui permettant de se démarquer de la foule et d'être reconnaissable même de loin. C'était important pour tout samouraï qui souhaitait être promu pour ses performances. Comme le katana, la structure de l'armure du samouraï a évolué avec le temps. Au fur et à mesure que la guerre s'intensifiait au Japon, les armures des samouraïs sont passées d'un modèle à écailles lamellaires à des bandes métalliques et finalement à des plaques entières.

Samouraï Rouge

Le kabuto

Le kabuto, ou casque, était facilement l'un des éléments les plus frappants de l'image traditionnelle du samouraï. Comme mentionné précédemment, les samouraïs voulaient être vus et distingués les uns des autres et leurs casques le reflétaient.

Ils avaient souvent des écussons embellis bien en évidence, ou des rivets supplémentaires et des motifs de laque de différentes couleurs. Certains embellissements comprenaient des objets tels que des cornes de buffle en bois ou des soleils rouges peints sur les côtés. En outre, alors que les casques européens, comme ceux utilisés par les chevaliers, couvraient une bonne partie du visage afin de protéger la tête autant que possible, le kabuto ne couvrait pas le visage du samouraï. 

Des armures couvrant le visage existaient et étaient connues sous le nom de men-yoroi, mais elles étaient rarement utilisées. Cette armure ressemblait plus à un masque et servait plus à intimider qu'à protéger. Des visages féroces étaient peints sur les men yoroi, et parfois des moustaches faites de crin de cheval y étaient collées comme on peut le voir sur l'image de la page suivante.

Il est intéressant de noter que le casque lui-même a peu évolué. La partie principale du casque est restée un bol strié tout au long des différentes périodes. Certaines modifications de la forme originale ont été apportées au fil du temps, principalement pour un plus grand confort de la tête, mais sinon le casque est resté le même.

Le keiko

Les premiers ensembles d'armures de poitrine de samouraï étaient basés sur une construction lamellaire, et étaient appelés keiko. L'armure lamellaire est construite à partir d'écailles rectangulaires qui sont percées de manière à pouvoir être reliées ensemble en une seule armure. Ce type d'armure avait l'avantage d'être relativement léger, puisque la structure alternaient entre des écailles de fer qui recouvraient les régions vitales et des pièces en cuir ressemblant à des écailles. Chaque écaille était également laquée pour donner à l'armure une apparence polie et fournir un durcissement supplémentaire au cuir.
 
En raison de sa simplicité, ce type d'armure est facile à créer et à entretenir. Comme la plupart des exemples d'armures de samouraïs jusqu'au 15e siècle, le keiko reposait tout son poids sur les épaules du samouraï. Si cela permettait une mobilité légèrement plus grande, cela rendait également l'armure quelque peu inconfortable à porter pendant de longues périodes. Les samouraïs portaient toujours leur armure lorsqu'ils se rendaient sur le champ de bataille et y combattaient, afin de réduire la quantité de bagages qu'ils devaient transporter séparément. Le confort est donc devenu une priorité. Finalement, les samouraïs ont commencé à attacher leur armure autour de leur taille pour réduire leur poids, comme le font aujourd'hui les sacs à dos avec ceinture intégrée.

Avant le 13ème siècle, les deux principaux types d'armure utilisés par les samouraïs au Japon étaient l'armure yoroi et l'armure do-maru. L'armure yoroi était plus lourde et plus encombrante, conçue pour offrir une grande protection au samouraï monté. Cependant, elle était également rigide et limitait la mobilité du samouraï lorsqu'il était à pied. Le samouraï a donc fini par adopter le style d'armure do-maru, plus souple, qui a finalement est devenu le style moderne connu sous le nom de tosei gusoku. La première étape de ce changement a consisté à déplacer une plus grande partie du poids de l'armure sur les hanches, afin de faciliter le port de l'armure pendant de longues périodes.

Le plastron, connue sous le nom de do, est la pièce qui a le plus changé au cours de l'histoire du samouraï. Alors qu'il s'agissait au départ d'une simple armure lamellaire, vers le début de la période des guerres, l'idée de créer l'armure à partir de bandes d'écailles lamellaires, ou même d'une simple pièce rectangulaire, est devenue plus courante. L'utilisation d'un ensemble unifié de bandes permettait à l'armure d'avoir une largeur variable le long du corps, de sorte que plus de poids pouvait être transféré aux hanches. Cela a également permis d'obtenir l'apparence la plus étroitement associée au samouraï traditionnel, avec des couches qui se chevauchent.

Samouraï Armure
 
Lorsque les Européens sont arrivés, leurs ensembles d'armures en plaques ont influencé les armuriers japonais à changer de style d'armure. De plus, l'arrivée des armes au Japon signifiait que les samouraïs avaient besoin d'une armure beaucoup plus solide. Le plus célèbre des styles créés pour contrer les coups de feu était le Yukinoshota-do. La surface de cette armure était complètement lisse pour mieux dévier les projectiles, avec tout le laçage caché sous la surface. Les créateurs de cette armure étaient tellement sûrs de ses capacités qu'ils ont fourni des échantillons qui ont été testés littéralement sur un champ de tir. En termes d'apparence, les Japonais ont été très enthousiasmés par l'aspect des plastrons européens. Après l'arrivée des Européens en 1542, des styles de do plus solides apparurent en quelques années, qui étaient des copies évidentes du style d'armure des Européens.

Armure supplémentaire

En plus du kabuto et du do, les deux autres pièces principales de l'armure étaient le kusazuri, les protège-cuisses, et le sode, qui protégeait les épaules. Comme le casque, ces pièces ont également très peu évolué. Restant composées de bandes, probablement pour la mobilité, ces pièces étaient souvent physiquement séparées du do. Le sode est finalement devenu plus petit pour éviter d'entraver les mouvements à mesure que le combat au corps-à-corps s'est répandu.

La dernière pièce d'armure qui était considérée comme optionnelle était le kote, ou manches blindées. Comme c'était la dernière partie du corps qui restait découverte, mais qui gênait les capacités du samouraï à utiliser son arc et son épée, elle était utilisée moins fréquemment que les autres parties de l'armure.

L'évolution finale de l'armure des samouraïs s'est produite pendant la période pacifique des Tokugawa. Comme les armures n'étaient plus portées au combat, elles sont devenues des pièces décoratives dont de nombreux styles anciens ont été repris comme hommages artistiques. En outre, des armures aux conceptions peu pratiques ont été adoptées en raison de leur aspect.


Laissez un commentaire

N'hésitez pas à nous donner votre avis ! 😄