Vous aimez la culture japonaise ?

Profitez exclusivement cet été de -15% sur TOUTE notre boutique avec le code SUMMER15

Yabusame, l'art du tir à l'arc à cheval au Japon

Sommaire

    On le voit tout le temps dans les films et les séries TV, de courageux guerriers armés à cheval tirant flèche après flèche vers les forces ennemies. Le tir à l'arc à cheval est un aspect indélébile de la guerre et de la chasse depuis des siècles dans de nombreuses cultures. Au Japon, une forme de tir à l'arc à cheval a évolué d'un sport à un rituel qui est toujours honoré aujourd'hui : le yabusame (流鏑馬).

    Les règles sont d'une simplicité trompeuse : tirer trois flèches sur trois cibles en bois tout en galopant sur une piste étroite d'environ 250 mètres de long ou plus tout en criant passionnément Inyo (陰陽), le mot signifiant yin et yang, lumière et obscurité.

    Bon, peut-être pas si simple. Tout cavalier peut vous dire combien il est difficile d'atteindre cette harmonie de mouvement entre le cavalier et le cheval, sans parler du fait de tirer des flèches tout en gardant le contrôle de votre monture. Yabusame demande des années de pratique pour se perfectionner, mais c'est un art très convoité qui met l'accent sur l'esprit samouraï et le langage tacite entre le cavalier et le cheval, connu sous le nom de kyuba no michi (弓馬の道) (きゅばのみち), ou "la voie de l'arc et du cheval".

    Les origines du tir à l'arc à cheval

    Femme tirant à l'arc à cheval

    Bien avant l'introduction du cheval, la maîtrise de l'arc caractérisait le guerrier et le chasseur, ce qui exigeait de la discipline, une bonne posture et de la patience pour apprendre. Le type d'arc utilisé à la fois dans le yabusame et le tir à l'arc (弓道 ; kyudo) est un daikyu (大弓), d'environ 1,5 mètre de long. En raison de sa longueur, les archers montés tirent plus efficacement de la gauche, bien que les archers chevronnés puissent tirer de la droite.

    Aucun consensus n'a été établi quant au moment exact où le tir à l'arc à cheval (騎射 ; kisha) a fait son apparition au Japon, mais une théorie avance que les premiers guerriers japonais ont abordé cet art martial lors de batailles avec les forces continentales.

    Alors... comment exactement les chevaux ont-ils atterri sur une nation insulaire ? C'est un autre long débat, mais certains experts soupçonnent qu'ils sont venus avec des guerriers à cheval qui ont atteint le Japon depuis la péninsule coréenne. Les premiers chevaux du Japon étaient robustes et colériques. Leurs sabots robustes leur permettaient de se déplacer avec agilité dans les régions montagneuses du Japon, ce qui les rendait idéaux pour la guerre et les voyages.

    Il existe deux autres styles de tir à l'arc à cheval :

    • le kasagake (笠懸),
    • l'inu-ou-mono (犬追物).

    Dans la forme de base du kasagake, les cavaliers tirent sur trois cibles sur leur gauche, puis reviennent le long de la piste pour tirer sur les cibles de l'autre côté. Ce style de kisha est considéré comme plus martial que les autres.

    L'Inu-ou-mono consiste pour les cavaliers à tirer des flèches sur des chiens vivants afin de perfectionner leur visée sur des cibles mobiles pour la chasse. Pour des raisons évidentes, ce sport n'est plus pratiqué.

    L'art du Yabusame

    Deux événements ont marqué le début de yabusame. Au VIe siècle, l'empereur Kinmei a ordonné que trois flèches soient tirées à cheval en guise d'offrande de paix aux dieux. Plus tard, l'empereur Uda a demandé au célèbre archer à cheval Minamoto no Yoshiari de créer une discipline et une étiquette fermement ancrées dans le yabusame.

    À l'époque de Kamakura, le yabusame était présenté comme un moyen de maintenir l'esprit martial des guerriers en éveil et prêt pour la guerre. Les samouraïs passaient des heures à s'entraîner avec leurs chevaux. Les archers, ou ite (射手) qui ne parvenaient pas à tirer sur les trois cibles étaient contraints de commettre un suicide rituel, ou seppuku. La méditation zen a également été incorporée dans le yabusame et est toujours pratiquée aujourd'hui. En raison de sa forte prévalence à l'époque de Kamakura, les costumes et les harnachements de chevaux d'aujourd'hui sont basés sur ceux portés à cette époque.

    Estampe de Yabusame

    Qu'est-ce qui différencie le tir à l'arc à cheval japonais des autres formes de tir à travers le monde ? Selon l'Association japonaise de tir à l'arc équestre (大日本弓馬会), tout se passe dans un certain style d'équitation entièrement unique au Japon, connu sous le nom de tachisukashi (立ち透かし). Pour tirer des flèches avec précision, le cavalier doit garder ses hanches loin de la selle et éviter de presser ses jambes contre le corps du cheval. De cette façon, le mouvement du cheval au galop ne gêne pas le cavalier dans sa visée. Le yabusame met parfaitement en valeur cette technique, mais c'est une technique qui demande du temps et de l'entraînement pour être maîtrisée.

    Pour ceux qui n'ont jamais monté à cheval, un cavalier communique la plupart des signaux et des ordres avec ses jambes et ses rênes. Les jambes et les hanches n'entrant pas en contact avec le cheval en tachisukashi, il est difficile pour un cavalier de communiquer des signaux au cheval et pour le cheval de savoir quoi faire. De plus, le cavalier ne peut pas tenir les rênes et tirer des flèches simultanément. Cela va au-delà de la technique et de l'entraînement, mais une compréhension unique et un sentiment de confiance entre les deux pendant ce bref laps de temps où l'un ne contrôle pas l'autre.

    Les élèves de yabusame commencent comme apprentis, s'entraînant pendant des années au tachisukashi, au tir à l'arc et à l'équitation. Les jeunes enfants et les adultes dans la vingtaine ont de bien meilleures chances de réussir grâce à leur jeunesse et au temps qu'il faut consacrer à la maîtrise de yabusame.

    Les écoles de Yabusame

    Deux écoles notables se distinguent comme pionnières et héritières de la beauté rituelle du yabusame et d'autres modes de tir à l'arc à cheval.

    Takeda-Ryu (武田流)

    Cette école a été créée par le même Minamoto no Yoshiari que l'empereur Uda avait chargé d'embellir l'art du yabusame. Pour une raison quelconque, le style Takeda est celui qui est le plus représenté dans les films et les médias. Le célèbre acteur japonais Mifune Toshirou, connu pour ses incroyables rôles dans les films d'Akira Kurosawa, était un élève de cette école et a montré ses talents de tireur à l'arc à cheval dans des films comme Les Sept Samouraïs.

    Ogasawara-Ryu (小笠原流)

    L'école Ogasawara a été fondée par le célèbre maître de tir à l'arc Ogasawara Nagakiyo sur ordre du shogun Minamoto no Yoritomo. Longtemps après l'introduction des fusils et autres armes modernes, le shogun Tokugawa Yoshimune a chargé Ogasawara Heibei Tsuneharu de faire revivre cet art, et c'est grâce à lui que le yabusame a prospéré de nouveau à l'époque d'Edo, assurant la pérennité de l'école jusqu'à nos jours.

    La principale différence entre ces deux écoles est la conception de leurs cibles. Les archers d'Ogasawara utilisent des cibles en bois, tandis que les archers de Takeda tirent sur des cibles en bambou avec un dessin en papier.

    Le Yabusame aujourd'hui

    La participation des femmes à yabusame a lentement augmenté au fil des ans. Il y a même un festival yabusame entièrement féminin.

    L'introduction des méthodes de guerre et des armes européennes a annoncé le déclin du tir à l'arc à cheval. Tandis que sa pratique à la guerre s'affaiblissait, le yabusame a migré vers le domaine du rituel public. Aujourd'hui, hommes et femmes s'entraînent à cet art, souvent pratiqué dans les sanctuaires shintoïstes ou pour les dignitaires étrangers en visite.

    Le but des rituels varie entre les offrandes de fertilité, la protection contre le mal ou la prière pour la paix. Il est courant de voir des races occidentales comme les chevaux de race Quarter américaine et les Arabes en yabusame. Cependant, les chevaux dont la lignée remonte aux premiers chevaux indigènes sont également courants. Il est intéressant de noter que les races occidentales sont généralement plus grandes et plus rapides que leurs homologues japonais, ce qui rend le yabusame plus difficile à réaliser.

    De nombreux sanctuaires accueillent des événements de yabusame, dont certains des plus populaires sont énumérés ci-dessous.

    Le sanctuaire Washibara Hachiman-gū (鷲原八幡宮)

    Ce sanctuaire, situé à la périphérie de Tsuwano dans la préfecture de Shimane, est réputé pour abriter les derniers terrains d'entraînement de l'ère Kamakura pour les yabusame. L'école Ogasawara y organise un spectacle étonnant et populaire de tir à l'arc à cheval.

    Le festival traditionnel Aoi Matsuri (葵祭)

    Ce festival du mois de mai est organisé par le sanctuaire de Shimogamo à Kyoto, et trouve son origine dans le règne de l'empereur Kinmei. Tourmenté par des catastrophes naturelles, l'empereur a envoyé un messager au sanctuaire pour aider à apaiser les dieux et prier pour de nouvelles récoltes. C'est là que l'image d'un cheval au galop tirant sur trois cibles a eu le plus grand impact, faisant de ce festival la plus grande démonstration de yabusame aujourd'hui.

    Le sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gu (鶴岡八幡宮)

    Yabusame à Tsurugaoka Hachiman-gu. La foule est généralement proche de la piste, ce qui rend l'expérience vivifiante lorsque les chevaux passent en courant.

     

    Ce sanctuaire se trouve au cœur de Kamakura, et les deux yabusame et kyudo sont pratiqués dans le vaste parc du sanctuaire. Minamoto no Yoritomo, le premier shogun de l'ère Kamakura et celui qui a réquisitionné le premier Ogasawara pour établir une école de yabusame, a déplacé le sanctuaire à son emplacement actuel afin que les dieux protègent son gouvernement.

    Le sanctuaire Kasuga Taisha (春日大社)

    Lors de la fête de ce temple en décembre, les garçons de l'école primaire ont l'occasion de montrer leurs compétences naissantes dans un événement appelé chigo yabusame (稚児流鏑馬). Au lieu de galoper sur la piste comme ils le font habituellement, les jeunes archers se rendent à chaque cible, généralement accompagnés de prêtres shintoïstes et de leurs professeurs, et tirent sur leurs cibles en criant l'inyo traditionnel.

    L'avenir du Yabusame

    Démonstration d'un rituel de Yabusame

    Il semble que le yabusame ne risque pas de retomber dans l'obscurité, et il est facile de comprendre pourquoi. Sur la page d'accueil de l'Association japonaise de tir à l'arc équestre figure la devise 鞍上無人, 鞍下無馬 (あんじょうひとなく, あんかうまなし) - "personne n'est au-dessus de la selle, aucun cheval n'est sous la selle". Un composé de quatre kanji résume également la beauté du tir à l'arc à cheval - 人馬一体 (jinba ittai). Le cavalier et le cheval deviennent un seul corps, une seule unité, et c'est un honneur de voir le cheval galoper sur la piste en si peu de temps.

    Il est clair que le yabusame est un rituel non seulement pour les dieux, mais aussi pour le cheval et le cavalier qui suivent ensemble un entraînement intensif. Témoigner et apprendre à apprécier cette unité est une expérience inestimable. par ailleurs, si vous êtes feru de cette discipline, arborez le fiérement avec un t-shirt cheval tir à l'arc !  


    Laissez un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés