Vous aimez la culture japonaise ?

Profitez exclusivement cet hiver de -15% sur TOUTE notre boutique avec le code MONKIMONO15 dès 50€ d'achat et de la livraison offerte !

Pleins feux sur le Yukata Japonais

Sommaire

    Depuis plusieurs années, la culture japonaise envahit l’occident et semble chaque jour faire toujours plus d’adeptes. Il faut dire que la grande popularité des mangas japonais comme Naruto, Dragon Ball Z, Jujutsu Kaisen, One Piece, les jeux vidéos, les séries (dramas) japonaises et les Lives Actions n’ont fait qu’accentuer l’engouement pour le Pays du soleil levant. Et aujourd’hui, c’est la mode japonaise qui fait de plus en plus couler d’encre. Souvent déjantée, mais toujours avant-gardiste, elle devient désormais une véritable source d’inspiration pour les créateurs internationaux. Mais, ce qui attire surtout depuis quelques saisons déjà, c’est les vêtements traditionnels japonais. Parmi eux, le yukata. Le vêtement traditionnel japonais aussi léger que confortable. Les détails. 

    Qu’est-ce que le yukata ?

    Combinaison du kanji "Yu" qui signifie bain et "ka" radical de katabira qui correspond à des sous-vêtements, le Yukata est littéralement traduit par vêtements de bain. En effet, le yukata était traditionnellement utilisé comme son nom l’indique pour se sécher après le bain.

    yukata

    Les auberges traditionnelles les Ryokan, les onsens (bains publics) voire certains hôtels modernes l’utilisent d’ailleurs toujours comme peignoir et parfois même comme pyjama

    Évidemment, de nos jours, le yukata n’est plus cantonné à cette activité. De fait, il n’est désormais plus rare de voir des Japonais déambuler dans les rues, prendre leur petit-déjeuner et même leur dîner dans un Yukata. Par ailleurs, souvent colorés et parés de jolies motifs, ce vêtement fait partie du folklore lors des festivales et fêtes matsuri. D’ailleurs, sachez qu’il existe de nombreux festivals du yukata au Japon. Le Himeji yukata matsuri fait partie des festivals les plus célèbres. Il s’agit d’une vieille tradition née en 1742 sur le règne de Masamine Sakaibara, seigneur du château Hijemi.

    Concrètement, le yukata est un vêtement traditionnel japonais sans doublure, à coupe droite et à manches longues. Il ressemble un peu à un kimono, mais il est conçu dans un tissu plus léger. En effet, spécialement conçu pour être porté durant les saisons chaudes, le yukata est souvent fabriqué en coton, en lin ou la combinaison des deux. Par ailleurs, contrairement aux idées reçues, ce vêtement est unisexe. Ainsi, il peut être porté aussi bien par les femmes que par les hommes.

    Retour sur l’histoire du Yukata

    L’histoire du yukata commence avec celui de la culture du bain, les ryokans et les fameuses sources chaudes Onsen au XIIe siècle, à peu près durant la période Heian (794-1185). D’après les sources, avec la popularité des bains publics, les classes d’aristocrates portaient un yukata (appelé à l’époque Yukatabira) pour ne pas se brûler à la vapeur et surtout pour avoir à portée de main un moyen rapide de couvrir le corps et ainsi cacher sa nudité. À l’époque, il s’agit d’un léger vêtement en lin qui servait à absorber la transpiration.

    Histoire Yukata

    Dans la période Muromachi, le yukatabira était désigné sous le nom de minugui et était connu pour être une serviette qui n’était pas tenu à la main. Plus tard, à partir de la période Edo, le yukatabira évolue et prend officiellement le nom yukata. Outre sa fonction de peignoir de bain, il est également utilisé comme un vêtement de nuit. Les Japonais avaient également la possibilité de sortir à proximité de leur domicile ou pour la danse du festival Bon avec un yukata qui ressemble à celui que l’on connaît aujourd’hui et assorti de fleurs de cerisier. C’est également à partir de cette période que le coton a commencé à être utilisé. Il était teint à l’indigo.

    Mais, ce n’est qu’à l’ère Meiji que le yukata entre réellement dans la garde-robe quotidienne de toutes les couches de la société en tant que tenue d’été populaire. La teinture de à la main avec l’indigo est remplacée par le chusen qui permet de produire le yukata en masse. De nouvelles techniques de teinture comme la teinture par injection permettent également de lui ajouter des nuances douces et des teintes plus subtiles.

    Le yukata moderne

    De nos jours, si le yukata est toujours porté dans les ryokans, il est également utilisé pour de nombreuses autres occasions et surtout durant l’été, car il a l’avantage d’être léger, respirant et surtout décontracté. Tout d’abord, il s’agit d’une tenue traditionnelle pour célébrer les fêtes estivales, mais aussi pour s’adonner aux activités quotidiennes.

    yukata moderne

    D’ailleurs, il n’est pas rare de voir des femmes habillées en yukata au Japon durant l’été même en dehors des festivités. Ensuite, les créateurs occidentaux sont également nombreux à détourner ce vêtement traditionnel et à le décliner dans de nombreuses versions pour s’adapter aux tenues modernes.

    Quelle est la différence entre un kimono et un yukata ?

    Souvent confondus, le Kimono et le Yukata sont des habits japonais bien qu’ils aient l’air très similaires présentent des différences notables que tous amateurs de la culture nippone doit être capable de reconnaître. Premièrement, la grande différence entre le kimono et le yukata se situe au niveau du tissu. En effet, traditionnellement, le kimono était fabriqué à partir d’un tissu plus sophistiqué et luxueux comme la soie ou le brocart.

    Encore aujourd’hui les kimonos traditionnels sont conçus dans des tissus de grande qualité et sont ornés souvent de broderie ou de tissage en fil d’or et d’argent. En comparaison, le yukata était fabriqué à partir de coton ou de lin pour que le tissu soit léger, respirant, capable de favoriser l’évaporation de l’humidité corporelle et de garder au frais. Il est donc bien plus abordable que le kimono.

    Deuxièmement, le port du Kimono traditionnel nécessite de porter au moins 2 sous-couches de vêtements, dont le Nagajuban, une sorte de doublure interne qui empêche le Kimono de s’imprégner de la sueur en raison du matériel utilisé dans sa fabrication.

    Kimono vs Yukata

    Pour le yukata, vous n’avez pas à porter ce sous-vêtement. Non seulement parce que le tissu est particulièrement léger et pensé pour assurer l’évacuation de la transpiration, mais aussi parce que le yukata est très facile à nettoyer contrairement au kimono qui nécessite l’intervention d’un professionnel. Puis surtout, parce que le yukata est censé être un vêtement léger et agréable à porter durant les périodes de fortes chaleurs, rajouter une couche de vêtement en dessous ne serait pas pratique.

    Autre différence : la longueur des manches. De fait, au Japon, la longueur des manches du kimono varie en fonction de l’âge de la personne, son statut social ou le prestige d’un événement. Entre autres, le kimono furisode exclusivement réservé aux célibataires arbore de très longues manches pouvant toucher le sol. Par contre, un yukata ne sera jamais équipé de longues manches. Généralement, celles-ci dépassent rarement les 50 cm de long.

    👉 Venez découvrir sans plus attendre notre collection de Kimono Japonais !

    Yukata : comment le porter ?

    À la différence du kimono, le port du yukata pour les femmes est relativement pratique et ne demande pas beaucoup d’accessoires. Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, il ne nécessite pas non plus le port d’un sous-vêtement comme le Nagajuban. Aussi, comme il est muni d’une ceinture obi décontractée, il se révèle plus facile à nouer. De plus, le nouage ne suit aucun formalisme. D’ailleurs, les japonaises choisissent souvent leur Yukata de manière originale et innovante. Notons toutefois que comme tous les habits traditionnels japonais, le yukata doit toujours être noué du côté droit.

    De fait, au Japon, les défunts sont drapés d’un vêtement traditionnel noué sur le côté gauche. Il est donc très mal perçu de croiser son yukata selon le même sens que les morts. Ensuite, le nœud de votre obi doit toujours être attaché à l’arrière puisque les nœuds attachés à l’avant sont historiquement réservés aux prostituées.

    En ce qui concerne le port du vêtement à proprement parler, si vous souhaitez porter votre yukata de manière traditionnelle, voici les étapes à suivre :

    • Mettre le yukata comme une veste normale
    • Tirer vers l’extérieur devant sous de telle sorte que le vêtement tombe jusqu’au niveau des chevilles
    • Plier le côté droit en veillant à la rabattre bien plat sur votre poitrine vers le côté gauche
    • Replier le pan gauche sur votre poitrine par-dessus le côté droit
    • Maintenir fermement en place avec la main
    • Attacher solidement la première bande fine (Koshi-Himo) autour de la taille en vous assurant que l’excédent de tissus au-dessus du cordon.
    • Glisser les mains dans le yukata en passant par les fentes du vêtement puis, il faut tirer l’excédent de tissu de manière à couvrir complètement la première ceinture fine
    • Serrer le deuxième Koshi-Himo toujours au niveau de votre taille
    • Enrouler l’obi autour de votre corps juste au-dessus de la taille, en laissant les deux extrémités assez longues. L’une devra arriver jusqu’à l’épaule et l’autre sera pour faire le nœud
    • Faire le nœud du obi à l’avant, en attachant solidement les 2 extrémités
    • Une fois le nœud terminé, il faut retourner la ceinture de telle sorte que le nœud se retrouve au milieu du dos, juste au-dessus de la taille.

    Si vous ne souhaitez pas voir des plis prononcés sur votre obi, vous pouvez insérer une petite bande rigide sous ce dernier.

    Comment faire un nœud Bunko ?

    Le nœud bunko est la forme traditionnelle la plus plébiscitée pour nouer la ceinture obi pour femme. Ce nœud est particulièrement apprécié pour sa simplicité et son élégance avec sa forme proche du nœud papillon. De plus, il peut être utilisé aussi bien pour un kimono décontracté qu’un yukata en été. Notons que pour réaliser ce nœud dans les règles de l’art, vous aurez besoin d’un obi d’une longueur de 4 m et d’une largeur de 30 cm. Voici toutes les étapes à suivre pour réaliser le nœud Bunko :

    • Plier le obi en deux dans sa largeur, puis il faut mesurer une longueur d’environ 45 cm à partir d’une des deux extrémités. La partie pliée se nomme tesaki et le reste du obi se nomme tare.
    • Poser sur l’épaule droite les 60 cm de l’obi
    • Déplier le tare sur le devant dans toute sa largeur
    • Enrouler deux ou trois fois le tare autour de la taille en veillant à laisser une longueur suffisante pour réaliser le nœud
    • Bien ajuster l’obi pour qu’il soit bien en place, puis faites un second tour et serrez-le bien.
    • Rabattre tare au niveau ventre tout en le pliant devant en veillant à ce qu’il soit bien au milieu
    • Faire un nœud croisé en s’assurant que la partie de tesaki reste toujours au-dessus par rapport au tare
    • Serrer le nœud bien fort
    • Faire pivoter les deux parties jusqu’à la verticale pour être sûre que le nœud reste en place
    • Mesurer entre 15 et 20 cm du dessus du nœud. Cette longueur correspondra à la largeur du nœud papillon).
    • Enrouler la partie tare restante sur elle-même en veillant à conserver entre 15 à 20 cm
    • Faire deux ou trois plis au centre pour former un papillon
    • Passer le tesaki par-dessus le centre du papillon
    • Enrouler là au centre du papillon
    • Enrouler le tesaki restant sur lui-même
    • Ajuster le nœud, puis il faudra l’orienter vers le haut
    • Retourner la ceinture obi pour que le nœud soit dans le dos

    Avec quels accessoires associer le Yukata ?

    Comme tous les vêtements traditionnels japonais, vous pouvez associer votre yukata avec des accessoires traditionnels. En outre, vous pouvez compléter votre Yukata en portant des sandales traditionnelles comme les geta. Il s’agit de socques en bois de paulownia avec deux taquets en bois plus ou moins haut et des lanières passant entre le gros orteil. Vous pouvez aussi opter pour le zori, des sandales tissées en paille de riz, avec un cordon que vous devez faire passer le gros orteil et deux lanières Hanao en tissu ou en cuir qui permettent de maintenir vos pieds. Notons que contrairement aux kimonos, vous n’avez pas besoin de porter des tabis.

    accessoire yukata

    Pour parfaire votre look, vous pouvez également porter un kinchaku. Il s’agit d’un petit sac fait d’osier et de tissu. Aussi, il est commun de voir des personnes habillées en yukata accessoiriser leur tenue avec de larges éventails appelés uchiwa. En ce qui concerne la coiffure, vous pouvez opter pour un chignon simple ou encore décorer vos cheveux avec des épingles à cheveux, des ornements floraux ou des rubans.

    Comment porter un yukata pour homme ?

    Pour les hommes, le port du yukata est également très simple. Concrètement, voici les étapes à suivre :

    • Mettre le yukata comme un manteau et le laisser pendre librement tout le long du corps
    • Pincer les extrémités du col ensemble et les amener sur le devant jusqu’à ce que la bordure arrière repose juste au-dessus du sol et celle de derrière jusqu’à quelques centimètres des pieds
    • Bien s’assurer que le col du kimono soit bien serré contre le cou
    • Enrouler le côté droit autour du buste, puis enrouler le côté gauche
    • Maintenir fermement le yukata en place sur le côté droit avec la main droite
    • Attacher le yukata avec un koshihomo autour de votre taille avec un simple nœud
    • Rentrer les extrémités en dessous afin qu’elles ne pendent pas

    Il faut savoir que pour les hommes, le obi se porte plus bas que celui des femmes. Généralement, l’obi est portée au niveau des hanches. Notons également que le yukata pour homme ressemble beaucoup à celui destiné aux femmes. La seule différence c’est que les yukatas pour les hommes ont généralement des couleurs plus sombres ou plus sobres.

    Pour les accessoires, le yukata pour homme se porte avec des socques en bois ou des zori sans les chaussettes tabi. Aussi, vous pouvez compléter votre tenue avec un hanten lorsque le vent se lève. Il s’agit d’une veste courte matelassée dotée d’un col en satin.

    Comment est fabriqué le Yukata ?

    Tout comme le kimono, le yukata est conçu avec un patron en T. Dans les détails, le yukata est créé à partir de l’assemblage de 5 lés de tissus rectangulaires coupés à partir d’un seul et même tissu d’environ 35 cm de large sur 15 m de longueur. Concrètement, voici les différentes pièces qui sont assembler :

    • L’okumi : il s’agit de la pièce de tissu verticale située sur le devant du yukata entre le bas du col et le bas du vêtement.
    • Furi : c’est la fente verticale dans les manches des yukatas pour femme. Celle-ci est située au niveau des aisselles.
    • Le obi qui est la ceinture servant à fermer le yukata

    En ce qui concerne les motifs et les dessins, le Yukata peut être imprimé à partir de différentes techniques. Pour ne citer que la technique traditionnelle Chusen qui est encore très populaire aujourd’hui. Cette technique vieille de 300 ans consiste à plier le tissu du yukata afin d’obtenir une serviette tenugui la teinture est ensuite versée sur le tissu plié pour créer un motif. Aujourd’hui, les teinturiers peuvent utiliser des pochoirs afin de créer différents motifs sur le tissu aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. La teinture shibori est également très utilisée. Cette fois, il s’agit de tordre le tissu puis nouer les parties du tissu avec des cordes préalablement plongées dans de la teinture pour créer des motifs originaux et uniques.

    Comment choisir un yukata et son obi ?

    D’une manière générale, lorsque vous achetez un yukata, il faudra tenir compte de ces quelques critères :

    Choisir son obi

    Le contraste

    Comme en matière de tenue vestimentaire en général, le contraste joue un rôle pour parfaire votre look. De plus, le Japon étant un pays très perfectionniste, tout doit être pensé pour créer une harmonie parfaite. Ainsi, chaque élément qui accompagne votre yukata doit être mis en valeur dans les règles. Pour créer un joli contraste, jouer sur les couleurs et les motifs.

    Entre autres, si vous optez pour un yukata de teinte douce, accentuez le tout avec un obi de couleur plus imposante voir complètement décalé. Pour un yukata de couleur sombre, on choisir de porter un obi d’une couleur pimpante ou très claire. Si votre yukata est de couleur vive, on optera soit pour un obi de couleur encore plus vive ou portez un obi de couleur plus vive ou dans un ton vraiment différent.

    La taille

    Au Japon, les yukatas pour femmes sont proposés dans une taille unique de 1m55 à 1m65. Pour ajuster la longueur et dissimuler le surplus de tissu, il faudra donc faire de petits plis au niveau de la taille. Si vraiment le yukata est trop long, vous pouvez le retoucher et utiliser les chutes de tissu comme ceinture. Pour les hommes, il n’y a pas non plus de longueur à proprement parler. Mais seulement de grande fourchette de taille. Concrètement il existe 3 tailles. La taille M qui convient aux hommes de 1m60 à 1m66. La taille L pour les personnes de 1m67 à 1m75. Enfin, la taille LL prévue pour les hommes de 1m75 à 1m80.

    Le matériau de fabrication

    Le choix du matériau pour votre yukata est très important, car il va conditionner le confort de port du vêtement. Généralement, le coton est le matériau de privilégié pour le yukata afin qu’il puisse limiter la transpiration et vous garder au frais. Le lin est également plébiscité bien qu’il aura tendance à se froisser plus facilement. Par contre, il vous donnera une sensation de légèreté. Dans tous les cas, le lin et le coton sont de très bon isolant et des matériaux respirants. Ils sont donc très agréables à porter lors des journées très chaudes.

    Les astuces pour bien prendre soin d’un yukata

    À la différence du kimono, vous pouvez tout à fait nettoyer vous-même votre yukata. En prenant bien évidemment les précautions nécessaires. Premièrement, il est de rigueur de ne pas laver votre vêtement trop souvent afin de ne pas tenir ses couleurs et pour la faire durer dans le temps. Ensuite, pour éviter de tacher des zones fragiles comme sous les bras, pensez à coudre une petite couche de tissu protecteur à l’intérieur du yukata afin que la sueur n’atteigne pas l’extérieur ou vous pouvez simplement porter un petit t-shirt pour ne pas que le yukata colle directement à votre peau.

    Si vous devez laver votre yukata dans une machine à laver, pensez à le plier dans un filet à linge. En outre, lors du lavage, il est fortement déconseillé d’utiliser des produits de blanchiment ou encore de nettoyage à sec. Le mieux, c’est d’utiliser un détergent doux et non alcalin. Puis, choisissez le programme de lavage à la main. Surtout, n’utilisez pas le cycle d’essorage. Par ailleurs, il faut également faire attention aux autres vêtements, plus particulièrement lors des premiers lavages. De fait, la couleur pourrait déteindre. Une fois sorti de la machine, essorer l’excès d’eau en enroulant le yukata dans une serviette. Pour le séchage, ne séchez pas votre yukata au sèche-linge. Laissez-le sécher à l’air libre. En revanche, il faut aussi éviter l’exposition directe au soleil pour ne pas que la couleur ne pâlisse. Dans tous les cas, il faut veiller à ce que l’air circule constamment dans la pièce et que l’humidité n’est pas trop élevée.

    En ce qui concerne le repassage, il est important de ne pas repasser votre yukata au-dessus de 150 °C. Pour que le yukata reste impeccable, pensez à repasser le col.

    Comment plier son yukata ?

    Tout comme le kimono, le pliage du yukata suit un certain formalisme. Concrètement, le pliage se présente comme suit :

    • Poser le yukata à plat sur le sol en prenant soin de bien le lisser
    • Plier le vêtement en suivant le pli de la base du col au milieu de chaque pan
    • Replier le yukata en deux dans le sens de la longueur en veillant en même temps à plier le col au centre. Les extrémités doivent coïncider
    • Plier les manches en suivant la couture.
    • Replier le bas du yukata en deux
    • Refaire la même chose

    Une fois nettoyé et plié, pensez également à bien ranger votre yukata en veillant à le préserver de l’humidité afin d’éviter qu’il ne se tache. Si vous en avez, enrouler votre yukata dans une pochette tatoushi. Il s’agit d’une pochette en papier de riz. Si vous n’en disposez pas, vous pouvez le ranger dans un emballage en papier. Le plastique est par contre à éviter absolument. Puis, rangez le dans une boîte rangement avec  de la naphtaline emballée dans du papier pour prévenir les insectes et l’humidité.

    👉 Conquis ou conquise ? Consultez notre collection de Yukata pour homme et Yukata pour femme !


    Laissez un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés