Kimono de Mariage

Kimono de mariage : l’élégance du traditionnel japonais

En plein préparatif de tes noces ? Malgré le fait que tu as élaboré ton to-do-liste et que tu as le thème de ton mariage, tu te sens toujours un peu dépassée ? Avec ton compagnon, vous avez opté pour un mariage à la nippone, mais tu ignores exactement quel genre de kimono on met pour ce genre d’évènement ? Entre le fameux shiromuku et le furisode, tout te semble flou. Pour t’aider mieux t’y retrouver, trouve réponse à tes questions dans cet article. Et en passant, profites-en pour aller fureter du côté de notre catalogue pour voir s’il y a un modèle qui rentre dans tes grâces. À shopper pour toutes les occasions ou à enfiler dans la vie de tous les jours.

Le kimono de mariage : quel genre de vêtement ?

Un kimono signifie littéralement « chose à porter sur soi ». Il s’agit notamment d’un vêtement traditionnel nippon qu’on porte lors d’évènements formels divers. Le mariage en fait partie.

Pour célébrer le tien, pourquoi ne pas enfiler ces splendides robes amples tombant jusqu’aux mollets, avec des manches longues et larges ? Ces kimonos de mariage ont tout ce qu’il faut pour apporter à ton D-Day une touche de raffinement traditionnel et d’originalité. 

En plus de leurs aspects sophistiqués, ces vêtements de cérémonie se déclinent en plusieurs variantes. Tu as :

  • le shiromuko ;
  • le Hiki-furisode ;
  • le furisode ;
  • l’Iro-uchikake.

Les différents types de kimono de mariage femme

Le shiromuku : le kimono tout en blanc

De par sa coupe, ce vêtement se rapproche du style furisode, un kimono pour femme caractérisé par de manches longues. Celui-ci a pour principale particularité sa couleur blanche uniforme. Dans son concept, il se veut tout blanc : de sa couleur à celle de l'uchikake qui le surmonte, le kakeshita qui constitue sert de kimono porté en dessous, sa ceinture obi, les couvre-chefs wataboshi et tsunokakushi et même les sandales zori. Il se pare toutefois d’exquises broderies et de perles savamment travaillées. Au dos, il se dote de l’emblème familial ou kamon. Il est généralement confectionné dans un tissu riche et noble comme la soie ou le satin. De par sa couleur, il se veut de symboliser la pureté et la virginité de la future mariée.

Ce kimono se porte fermée avec une ceinture obi. Il s’apparie à la coiffe Tsunokakushi et plus particulièrement, avec le Wataboshi.

Le shiromuku demeure la tenue la plus traditionnelle et la plus formelle des kimonos de mariage. Il représente la plus prisée pour célébrer un mariage nippon depuis la période Muromachi.

L’Iro-uchikake

Il s’agit d’un sur-kimono ou un pardessus très formel. Il se porte par la mariée durant la cérémonie ou par la femme à l’occasion de représentations sur la scène. Il s’enfile par-dessus un kimono blanc et une obi.

Ce kimono tombe au sol à la manière d’une traine. Des motifs brochés tissés avec des fils d’or et ses innombrables ourlets en sublime l’apparence. Il se pare tantôt de motifs de grues, tantôt d’écailles de tortue et de tout autre motif de bon augure. Il faut juste que ce soit des représentations symbolisant la prospérité et la longévité.

Sur une mariée, ce vêtement est traditionnellement très coloré. Il se teinte le plus souvent de rouge comme couleur de fond, contrairement à l’uchikake tout en blanc.

Pour la petite histoire, durant la période de Muromachi, les femmes de samouraïs portaient ce vêtement durant l’automne. Petit à petit, l’Iro-uchikake se popularisa chez les nobles et les riches marchands durant la période de l’Edo.

Le Hiki-furisode

Le Hiki-furisode est un vêtement nippon qui se reconnaît à son long ourlet trainant. Il s’orne de plusieurs motifs brodés porte-bonheur. Il est le plus souvent noir, mais peut arborer d’autres tons. Ce qui caractérise le plus ce kimono de mariage, c’est qu’il se porte avec une coiffe traditionnelle tsunokakushi. Plus tard, on se permit d’en moderniser le style avec une coiffure occidentale.

D’origine, les gens de la haute classe japonaise en faisaient leur habit de prédilection durant la seconde moitié de la période Edo. Vers la fin de la période Edo, celui-ci s’est popularisé officiellement comme un vêtement de mariage chez les femmes de samouraï, des femmes de classe de haut rang.

Le furisode

Plus qu’un simple kimono aux couleurs festives et aux manches longues et amples, c’est un vêtement réservé aux Japonaises célibataires. Il se porte lors de cérémonie de passage à l’âge adulte chez les femmes de 20 ans. Il se caractérise par ses extravagantes couleurs colorées. De nos jours, il n’est pas rare de voir des mariées japonaises ayant célébré la cérémonie de leur mariage dans une tenue occidentale, mettre un furisode pour la réception de leur mariage. Dans ce contexte, le furisode symbolise l’adieu de la mariée à sa vie de célibataire.

Le kimono de mariage : les tendances d’aujourd’hui

De nos jours, les kimonos de mariage traditionnels sont devenus des pardessus à porter pour toutes les occasions et tous les jours. Bon nombre de stylistes non japonais s’en sont inspirés pour créer des pardessus modernes. Cependant, ils ont conservé leur raffinement et leur élégance.

Se popularisant ainsi, le kimono de mariage réussit à investir l’univers de la mode en séduisant des célébrités et des personnalités de la télévision. Il eut par exemple cette star qui s’est mariée dans un shiromuku ornementé de garnitures et de fioritures en roses. Il eut aussi cette chanteuse et actrice qui apparut le jour de son mariage dans un scintillant uchikake paré de motifs brodés de grues. Avec un tel coup de pub, le kimono mariage devint le rêve de beaucoup de femmes, dont toi, qui elles aussi finirent par voir leur futur mariage à la nipponne.

De constat, le hikifurisode demeure le kimono de mariage le plus prisé de nos jours. Celui-ci plait pour ses lignes et sa silhouette élégantes tombant jusqu'à son ourlet traînant. Cela lui confère un effet très féminin et sophistiqué. Le hikifurisode noir reste le modèle le pus populaire. On en apprécie le tissu brodé de fils teints, dorés ou argentés. La plupart du temps, le hikifurisode noir se porte avec une coiffure non traditionnelle pour apporter une touche de modernité à l’ensemble.

Parmi les autres tendances dans l’univers des kimonos cérémonials, il y a les modèles confectionnés en organdi. C’est notamment le cas des robes uchikake qui séduisent pour leur texture douce et flottante. Pour en moderniser le style y sont apposés des roses et des motifs occidentaux sur un fond coloré de couleur pastel. Ce type de vêtement restylé surprend à bin des égards pour ses attraits contemporains et rafraichissants qui casse un peu son style traditionnel.

Shiromuku et Hihifurisode mis à part, le regain de popularité tend à s’améliorer toujours un peu plus. Ce kimono mariage poursuit ainsi sa conquête des allées vers l’autel en se réinventant et en se modernisant un peu plus.

En principe, une cérémonie traditionnelle de mariage japonais de nos séjours mobilise un budget gargantuesque. Les dépenses sont multiples : droit d’usage du sanctuaire shintoïste, location du lieu de réception, cadeaux pour les invités et plus particulièrement, le coût du kimono de la mariée. Il va sans dire que pour certains mariages, l’extravagance est de mise. Certaines mariées se changent de tenue jusqu’à 3 fois durant la cérémonie, en allant du kimono traditionnel à la robe occidentale.

Avec quoi tu portes ton kimono de mariage ?

Ta coiffure

La tenue traditionnelle de mariage japonaise s’apparie originellement à une coiffure très complexe à faire et très imposante. Celle-ci consiste en un chignon traditionnel dit bunkintaka shimada. C’est un style de coiffure qui se fixe le plus souvent avec une perruque. Elle est ensuite surmontée par une coiffe spéciale. Il peut s’agit d’un couvre-chef rectangulaire dit tsunokakushi en soie et de couleur blanche.

Cette coiffure et cette coiffe représentent la soumission de la mariée nippone par rapport à son rôle d’épouse et de belle-fille. Elles permettent aussi de dissimuler ses cornes de la jalousie.

Ton maquillage

De base, une mariée en kimono japonais devra être maquillée à l’image d’une geisha. Cela revient à se servir de pâtes en poudre de riz blanc pour farder le visage et la nuque. Le regard est intensifié avec un eye-liner noir et les lèvres sont ponctuées d’un rouge vif.

Bijoux et accessoires

En dehors de l’indispensable obi, la mariée en kimono devra aussi se doter d’accessoires supplémentaires comme un éventail, le tabi (chaussette), le hakoseko (porte-monnaie pour mettre un petit peigne et un miroir), une cordelette de fermeture et les sandales zôri. La mariée devra aussi s’équiper d’un poignard dit kaiken ou futokorogatana à cacher dans le kimono.

Si se marier ou porter un kimono peut te paraître tape-à-l’œil, voire clinquant, tu peux te contenter d’en apprécier la beauté et le travail méticuleux investi dans sa confection. Si tu souhaites t’en acheter, tu peux trouver plusieurs modèles sur notre site : en allant des traditionnels aux variantes remodelées et plus modernes. Et si l’envie te prend, n’hésite pas à jeter un œil à notre collection de yukatas pour passer un été tout en confort et en toute légèreté.